Galeries Vidéos Abonnez-vous

Morges

«Cri-Cri» met fin à une très longue Escale

Gilbert Hermann 28.01.2018 15:06

«Du blues? Oh oui! Tous les jours je verse une larme...», avoue Christiane Geneix-Maier. Dire que c’est avec infiniment de regret qu’elle mettra la clé sous le paillasson, le 31 janvier, est un euphémisme. «J’ai des regrets pour L’Escale. Pour mes clients», précise-t-elle. 

Cette fermeture, Cri-Cri, puisque c’est par cet affectueux diminutif que la désignent ses clients, y est contrainte consécutivement à la résiliation de son bail. Prélude à la démolition imminente du bâtiment de la place de la Gare. Mais elle a tenu à conférer une note festive à la fin d’une Escale qui aura duré 35 ans: «J’organise un souper d’adieux, avec orchestre, auquel participeront entre 40 et 60 personnes.» Une vente publique, les 9 et 10 février, verra les reliquats de L’Escale s’éparpiller aux quatre vents. Cric-Cri n’en a pas fini avec les émotions!

Christiane Maier est née à Bienne au début de l’été 1954. Elle a 2 ans quand ses parents John (décédé) et Gabrielle (qui fêtera ses 98 ans le 13 juillet prochain) reprennent une renommée confiserie de la rue Louis-de-Savoie.

Une fois sa scolarité achevée, Cri-Cri s’offre des diplômes de commerce et de puéricultrice. Elle s’occupera des chérubins d’autres avant de pouponner les siens, Toni et Anna. Ce qui lui vaut d’être aujourd’hui trois fois grand-maman. Et c’est à ses petits-enfants qu’entend désormais se consacrer celle qui, depuis six ans, n’a pas pris de vacances. Mais elle souhaite aussi conserver une activité de sommelière: «J’ai besoin de contacts. Je suis très active. Je me vois mal arrêter complètement: la rupture serait trop brutale!» Et cela d’autant plus que, à l’instar de nombreux patrons de bistrots, Cri-Cri n’a jamais compté ses heures.

Il faut dire qu’elle a été à bonne école: «Enfant, je n’ai pas eu beaucoup de liberté: dès l’âge de 8 ans, j’ai donné des coups de main à mes parents dans l’exploitation du commerce. J’ai fait un tas de petits travaux. Je les remercie: ça m’a beaucoup servi par la suite.»

Clients et amis

C’est d’ailleurs à l’instigation de ses parents que Christiane a repris L’Escale le 1er août 1983. «C’est mon premier et dernier établissement!» Qui était à l’origine un bar à café avec snack. Elle a attendu que ses enfants soient sortis de l’adolescence pour en faire un restaurant avec débit d’alcool. Et c’est elle qui a toujours été aux fourneaux préparant 20 à 30 couverts au service de midi. Et jusqu’à 60 quand s’y ajoutaient les ouvriers actifs sur le chantier du Centre commercial du Pont-Neuf.

À l’origine, les employés des fabriques Morgia et Oulevay faisaient escale avant de prendre leur boulot. «À 5 h 30, L’Escale était pleine! Par la suite, avec la disparition de ces entreprises, Morges est devenue une cité-dortoir. La vie a bien changé: aujourd’hui, les gens ne prennent plus le temps de s’arrêter. Ils sortent du bus pour courir prendre leur train. Ma clientèle est principalement composée d’habitués âgés de 30 à 80 ans. Certains clients viennent chez moi depuis plus de 30 ans. J’en ai vu passer... Ce travail m’a procuré beaucoup de bonheur. J’étais très à l’écoute des clients. Je voulais que L’Escale soit un lieu convivial...» Pari réussi. Grâce aussi aux collaboratrices dont Cri-Cri a su s’entourer. Dont Ravka et Cvetanka qui feront la fermeture de L’Escale. «Elles sont super! Fabuleuses!» dit leur future ancienne patronne dont la reconnaissance va aussi à ses clients qui étaient ses amis.

L’actu en images

Journal de Morges
Expo de Coss 2018
Durant toute cette semaine, la 54e édition de l’Expo bat son plein ...
Journal de Morges
La Batelière de Buchillon 2018
La Bâtelière de Buchillon a réuni dix chorales à l'occasion de sa ...
Journal de Morges
Bourg en fête, La Sarraz 2018
La fête inaugurale qui a marqué la fin d'importants travaux de ...
Edition de la semaine

le choix de la rédaction

Morges
L’interdiction de mendier entrera en vigueur le 1er ...

Pour lire cet article en entier, vous devez vous connecter.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

3e ligue
À 33 ans, l’attaquant Michaël Matthey s’est renouvelé en ...
Léman
Avec plus de 847 tonnes de poissons capturés, l’année ...
Web

le reste de l'actualité web

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Edition N° 40
ven 19.10.2018
Edition de la semaine
Dernière video JDM
  dernière vidéo
MyRun4Help, une course à vivre
La course à pied pour soutenir les familles de Yanis et Marilou s’est à nouveau conclue sur un ...