Galeries Vidéos Abonnez-vous

Morges

«De fausses idées circulent sur le VIH»

Raphaël Cand 30.11.2018 17:16

À l’occasion de la journée mondiale de lutte contre le sida qui a lieu samedi, la conseillère en santé sexuelle Johanna Breynaert fait le point sur la situation en Suisse.

En 2018, le VIH suscite encore la crainte. C’est le constat réalisé par l’Aide Suisse contre le sida. Et confirmé par Johanna Breynaert, conseillère en santé sexuelle et reproductive pour la Fondation PROFA à Morges: «Même si le VIH fait moins peur qu’avant, l’image véhiculée il y a 20 ans demeure.»

Notamment à propos des personnes séropositives. «Beaucoup de fausses idées continuent de circuler, poursuit Johanna Breynaert. Il est important de dire qu’aujourd’hui, les individus sous traitement ne sont plus infectieux. Les médicaments permettent de diminuer le taux de virus à tel point qu’il devient indétectable dans le sang et ne peut plus se transmettre. Il est donc possible pour eux d’avoir un rapport non protégé avec leur partenaire et d’avoir des enfants. Leur qualité de vie a été grandement améliorée.»

Efforts à faire

Aujourd’hui, on ne meurt plus du sida en Suisse. «L’espérance de vie des individus séropositifs est presque la même que celle de ceux qui ne sont pas atteints», indique Johanna Breynaert.

Bien que la situation soit bien meilleure qu’auparavant, il reste tout de même des progrès à effectuer. Notamment pour découvrir un vaccin et un remède. Mais également en ce qui concerne la détection du virus. «Il y a encore des efforts à faire au niveau du dépistage, révèle Johanna Breynaert. Il demeure des personnes qui sont porteuses du virus sans le savoir. Et c’est pourquoi il continue à y avoir de multiples infections.»

À lire également: À la recherche de leurs origines

L’année dernière le nombre de nouveau cas s’est élevé à 446 dans le pays. Si c’est toujours trop, pour la première fois de l’histoire on a pu constater une diminution des diagnostics (-16% par rapport à 2016). «Ce qui est plutôt encourageant», commente la conseillère en santé sexuelle et reproductive. Le total de personnes atteintes du VIH en Suisse équivaut quant à lui à environ 20 000 individus.

Test gratuit

Afin qu’il y ait de moins en moins de gens ignorant être porteurs du virus et donc pouvant potentiellement le transmettre, la Fondation PROFA propose à la population vaudoise de faire un test VIH gratuit et sans rendez-vous lundi 3 décembre dans différents lieux du canton. Notamment entre 12h et 20h à la consultation de santé sexuelle-planning familial, située à la Grand Rue 79 de Morges. «On espère ainsi inciter le plus grand nombre de personnes à venir, déclare Johanna Breynaert. Surtout celles qui n’ont jamais fait de dépistage auparavant.»

L’actu en images

Journal de Morges
Spectacle de Hip Hop de Santo 2018
Samedi 2 décembre a eu lieu le dernier spectacle de Santo Di ...
Journal de Morges
Marché de Noël 2018 à Saint-Prex
Le 2 décembre, le bourg de Saint-Prex était en fête pour son ...
Journal de Morges
Marché de Noël au Château de Morges, 2018
Du 5-9 et 12-16 décembre 2018, le Marché de Noël vivait sa seconde ...
Edition de la semaine

le choix de la rédaction

Morges
La société se donne une nouvelle structure pour ...
Séparation
Le club vaudois et l’entraîneur français ont décidé de ...
Région
Un hérisson, Jerryson, était la mascotte de l'édition ...
Web

le reste de l'actualité web

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Edition N° 47
ven 07.12.2018
Edition de la semaine
Dernière video JDM
  dernière vidéo
Un nouveau commandant au SIS Morget
Thierry Charrey prendra ses fonctions le 1er décembre en tant que commandant du SIS Morget.