Galeries Publicité Vidéos Abonnez-vous

Stockholm

Jacques Dubochet, Nobel unique en son genre

Raphaël Cand 15.12.2017 08:28

Jacques Dubochet n’est pas un homme comme les autres. Tout d’abord, car il a «inventé l’eau froide». Ceci, vous en conviendrez, n’est pas donné à tout le monde. Mais également parce qu’il fait désormais partie des rares personnes à avoir reçu le prix Nobel. Dimanche passé, dans la splendide maison des concerts de Stockholm, devant la famille royale de Suède, des scientifiques du monde entier ainsi que ses proches, le Morgien s’est vu remettre le Graal et a définitivement inscrit son nom dans l’histoire. 

Cependant, cela n’en fait pas un être unique. 923 autres lauréats l’ont précédé depuis 1901. Un chiffre conséquent, vous en conviendrez... ou pas! Peu importe finalement, car ce qui rend réellement Jacques Dubochet différent réside ailleurs. La gloire, il en profite certes. Il reconnaît bien volontiers que toute cette attention à son égard n’est pas pour lui déplaire. «Qu’est-ce que l’ego en prend, rigole le Morgien. Tout ce qui m’arrive est extrêmement gratifiant.» Mais ce dernier souhaite surtout utiliser le feu des projecteurs pour changer le monde... au moins un petit peu. «Jacques est en mission», confiait même son épouse Christine dans les couloirs de la résidence de l’ambassade suisse située dans les quartiers chics de Stockholm.

Message transmis 

En Scandinavie, le Morgien a prouvé être quelqu’un d’engagé. Notamment lors de la lecture du vendredi, exercice auquel chaque prix Nobel se prête. Une demi-heure durant laquelle les regards de scientifiques du monde entier, les objectifs des caméras et toute l’attention étaient braqués sur lui. Alors que ses collègues, à l’exception du prix Nobel de littérature, se sont contentés de présenter leur travail, le professeur de l’Université de Lausanne a fait passer un message: «La connaissance a ses conséquences. Nous sommes submergés par les excès, le climat se dérègle et les glaciers s’effondrent. Science sans conscience n’est que ruine de l’âme disait François Rabelais il y a 500 ans. Une phrase qui n’a jamais été autant d’actualité. Nous, les scientifiques, devons sortir de notre tour d’ivoire et nous impliquer dans la société pour laquelle nous produisons le savoir. Ce bien commun doit servir au bonheur de l’ensemble de la population et des générations futures.» 

Singulier, Jacques Dubochet l’est également par son humour et son sens de la formule qui l’ont rendu si populaire en quelques mois. À Stockholm, le Morgien a une nouvelle fois fait le show. Que ce soit chez l’ambassadeur ou pendant sa conférence, il n’a jamais oublié de faire sourire. Ses facéties contribuent d’ailleurs à en faire un personnage attachant. Comme lorsqu’il a évoqué son état d’esprit à 24 heures de la remise du prix: «J’ai reçu d’étonnants souliers. J’ai tout d’abord cru qu’ils étaient en plastique, mais ils sont en cuir. J’ai également un pantalon à bretelles. C’est très pratique les bretelles. Je me sens à l’aise dans ces habits. J’ai fait mon service militaire. Le formel, ça me connaît et je sais me tenir droit. Cette cérémonie va être une formalité.» 

La vie de star

Dans les couloirs du Grand Hotel où il a résidé toute la semaine, le scientifique a vécu la vie de star. Autographes, selfies... Jacques Dubochet a découvert le quotidien des acteurs de cinéma ou chanteurs. Mais ce monde «étrange» et «inconnu», comme il le décrit, ne lui fait pas prendre la grosse tête. Au contraire, il «le dépasse et l’énerve». 

Malgré les conférences, interviews, reportages télévisés, dîners, rencontres officielles et multiples sollicitations qu’il a dû satisfaire dans le «Grand Nord», Jacques Dubochet a le mérite de garder les pieds sur terre: «J’ai de la chance. J’ai réalisé ce que je voulais faire de ma vie. Cela m’a rendu heureux et voilà qu’arrive la cerise sur le gâteau. Ma femme dit que c’est un bonheur qu’elle vienne tard. Si j’avais obtenu le prix Nobel à vingt ans, cela aurait pu être compliqué à gérer. Aujourd’hui, j’ai du temps et ma famille près de moi, tout est plus facile.»

Reconnaissance

Quand certains s’attribuent tout le mérite de leurs découvertes, le scientifique aime dire qu’il n’y est pour rien. Durant ses discours en Suède, il a souligné l’important rôle qu’ont joué ses collègues en rendant notamment un bel hommage lors de la présentation de ses découvertes à Alasdair Mc Dowall, présent dans la salle, et à Marc Adrian, aujourd’hui décédé. 

Jacques Dubochet est finalement un homme généreux. Il aime donner de son temps pour les autres et ne compte pas changer. «Je souhaite poursuivre mon investissement auprès des migrants ou au Conseil communal de Morges.» 

On ne serait d’ailleurs pas étonné qu’il utilise l’argent gagné grâce à son prix, soit plus de 300 000 francs, de manière altruiste. «Je ne vais rien dévoiler pour le moment, mais nous en avons déjà discuté avec ma famille, affirme le professeur de l’Université de Lausanne. Néanmoins, les gens commencent à me connaître et peuvent imaginer à quoi ce montant va ou ne va pas servir.»

L’actu en images

Journal de Morges
Coupe des Glaces 2019
Le 12 janvier, de nombreux "givrés" se sont jetés à l'eau!
Journal de Morges
Ecole de danse de la Côte, spectacle 2019
L'Ecole de danse de la Côte a organisé son spectacle annuel.
Journal de Morges
Loto des Mouettes 2019
Les Mouettes ont organisé leur traditionnel loto.
Edition de la semaine

le choix de la rédaction

Ballens
Le syndic Christian Croisier rappelle les enjeux ...
Morges
Les Caf'Conc' auront lieu en 2019.
Concours tambours
À l'issue du Concours de tambours 2019 qui s'est déroulé ...
Web

le reste de l'actualité web

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Edition N° 02
ven 18.01.2019
Edition de la semaine
Dernière video JDM
  dernière vidéo
Les étudiants en grève!
Les étudiants manifestaient pour le climat en ce vendredi. Nous avons suivi la grève, pour ...