Galeries Publicité Vidéos Abonnez-vous

Beausobre

«Ma seule limite? Que ça fasse rire!»

Sarah Rempe 13.06.2019 17:16
Après avoir déjà expérimenté le café-théâtre de Morges-sous-Rire, Laura Laune foulera la scène du Théâtre de Beausobre cette année. Gilli

Le festival d’humour Morges-sous-Rire débute lundi et promet de faire vivre de belles soirées au public. Laura Laune sera notamment sur scène jeudi prochain. Rencontre avec un ange démoniaque.

Vous la connaissez peut-être, car vous avez suivi La France a un incroyable talent saison 12, en 2017. Elle c’est Laura Laune, 32 ans et un air d’ange qui cache une plume piquante et des textes mordants dans un humour noir hilarant et souvent en chanson. Pour sa troisième édition de Morges-sous-Rire, elle foulera la scène du théâtre. «La première fois, j’ai participé au concours des jeunes talents, c’était en 2014, se souvient-elle. L’année suivante, j’ai pu jouer mon spectacle au café-théâtre. Aujourd’hui, je reviens avec plaisir et c’est gratifiant de constater les étapes franchies au fil du temps.»

Il faut dire que depuis sa victoire au télé-crochet de M6, les choses ont bien changé. «Avant l’émission, ça commençait à prendre. Je jouais déjà à Paris, mais j’avais de la peine à remplir des grandes salles. D’un coup, j’ai été inondée d’appels pour que j’aille me produire à tel ou tel endroit. Je suis passée du stade où je devais solliciter des théâtres moi-même à celui où les programmateurs et directeurs de salles venaient me chercher.» L’humoriste voit également une autre explication à ce succès soudain. «Avant, certains n’osaient pas me programmer. On me disait «J’adore ce que tu fais, mais tu vas trop loin, les spectateurs ne vont pas comprendre». Du coup, le fait de passer à la télé, à heure de grande écoute dans une émission familiale et en plus de gagner grâce au vote du public, ça a sans doute validé mon humour et les programmateurs se montrent moins frileux depuis.»

«Comme des amis»

Cette relation avec le public, Laura Laune y tient et la soigne, notamment en adaptant son spectacle en fonction des endroits où elle passe. «Ça rend le truc plus personnel et le public aime qu’on rie de lui, il est demandeur de ça. C’est comme avec des amis, on se charrie, on plaisante. C’est chaleureux et c’est une ambiance que j’apprécie.»

Très timide de nature, la jeune Belge utilise ce trait de caractère ainsi qu’une apparente naïveté pour surprendre le spectateur avec son humour noir. «Je n’ai pas choisi ce type d’humour, explique-t-elle. C’est juste le meilleur moyen pour moi de dénoncer ce qui me tient à cœur. Et comme tout le monde pratique ce style dans la vie, avec ses amis, je pense que ça parle à beaucoup.»

Racisme, IVG, mariage pour tous, voilà les grands thèmes de société qui touchent la trentenaire et dont elle veut s’entretenir. «Je monte sur scène, car j’ai besoin d’évoquer tout ça. En rire, c’est une manière d’amener un autre regard et de désamorcer un peu les atrocités qu’on voit partout. Je n’ai pas de tabou. Ma seule limite? Que ça fasse rire», assure Laura Laune. Mais la gagnante de La France a un incroyable talent ne s’en cache pas, maîtriser cette forme d’humour demande de la rigueur. «Il faut que l’intention derrière soit positive. Je ne vais pas dire des horreurs juste pour choquer. L’objectif c’est de dénoncer quelque chose. À partir de là, la façon d’amener une vanne est essentielle. Il faut que le public sente le but qu’elle masque, sinon ça ne marche pas.»

À lire également: Jeunes et seniors se réunissent autour du climat

«Un peu trop cru»

Fait assez singulier, le spectacle «Le diable est une gentille petite fille» est déconseillé aux moins de 14 ans. Une décision de l’humoriste elle-même. «C’est un peu trop cru pour les enfants, concède Laura Laune. De plus, pour saisir le second degré, il faut une certaine maturité. Voilà pourquoi cette limite d’âge.» Pour autant, les adultes non plus ne comprennent pas toujours le second degré. «Je suis contente de ne pas plaire à tout le monde. Et même quand on me reproche des choses ou que l’on m’interpelle, parfois violemment, sur les réseaux sociaux, j’ai suffisamment de recul pour ne pas me laisser atteindre. On ne peut pas faire ce métier sans que des gens vous détestent. Il faut prendre le «package» total. Et il me convient très bien», rigole-t-elle.

L’actu en images

Journal de Morges
125 ans - la soirée en images
Une belle ambiance pour les 125 ans du Journal de Morges!
Journal de Morges
125 ans Journal de Morges - La Grand-Rue de 1900
Le Journal de Morges a fêté ses 125 ans dans une belle ambiance!
Journal de Morges
Le Livre sur les Quais 2019
Le Livre sur les Quais a attiré 40'000 personnes sur les quais de ...
Edition de la semaine

le choix de la rédaction

Pour lire cet article en entier, vous devez vous connecter.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

District
Seule élue du district à Berne, Isabelle Moret fait des ...
Morges
Un postulat a été déposé afin que la Municipalité étudie ...

Pour lire cet article en entier, vous devez vous connecter.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Morges
L’archéologie cantonale confirme que des structures ...
Web

le reste de l'actualité web

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

On se bouge pour la planète

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Edition N° 35
ven 13.09.2019
Edition de la semaine
Dernière video JDM
  dernière vidéo
À la découverte de nos villages: L'Isle
Chaque semaine, nous vous emmenons à la découverte d'un village du district de Morges. ...