Thaïlande

Plongée dans ses rêves les plus fous

Anne-Charlotte Mancebo 10.03.2017 09:03
«J’ai 24 ans, j’ai toute ma vie pour entrer dans une routine. J’aimerais me dire à 50 ans, que j’ai vécu ma jeunesse comme je le souhaitais et que je n’ai aucun regret», confie Marie Kramer, de son regard enjôleur surmonté d’une chevelure d’or. Menue, les traits délicats, l’Aubonnoise se déplace d’un pas agile sur un bateau aux couleurs de la Thaïlande, au large de la mer d’Andaman. Alors qu’elle voulait entamer une école de tourisme en Suisse, Marie Kramer a décidé d’aller précisément là où il y a des touristes: sur l’île de Koh Phi Phi. Pour le coup, elle est servie: près de 5000 visiteurs débarquent quotidiennement dans la localité. Marie Kramer travaille comme assistante pour les instructeurs de plongée sous-marine au centre Princess Divers en attendant de passer son certificat de maître de plongée. Après tout un périple, elle est au cœur de ce qu’elle imaginait faire dans sa profession.
  
  
Tout commence après la maturité gymnasiale. Une fois son diplôme en poche, elle prend conscience que c’est le moment pour elle de réaliser le rêve qui la poursuit depuis l’âge de 10 ans: visiter la Nouvelle-Zélande. Ni une ni deux, elle s’envole pour quatre mois là-bas où elle suit des cours d’anglais. Elle poursuit ses voyages et passe deux mois en Australie où elle travaille bénévolement dans une ferme, puis cinq mois en Asie. Elle rejoint son frère au Laos et en Chine qui fait un voyage à vélo, puis se rend seule au Vietnam et en Thaïlande, sac au dos. «J’avais besoin de partir seule à l’aventure», explique-t-elle. Entre-temps, elle apprend qu’elle n’a pas été retenue à l’école de tourisme de Sierre où elle avait postulé mais ne s’affole pas.
  
Guide touristique
  
C’est alors qu’elle pose ses valises à Koh Phi Phi. Bien qu’elle ait un sentiment d’achèvement en Nouvelle-Zélande, après avoir réalisé son rêve, c’est la Thaïlande qui l’a chamboulée dans tout son être. «Ça m’a fait une claque d’arriver là-bas, un tourbillon d’émotion. Quand j’ai voyagé dans les autres pays, j’étais encore la Marie de Suisse: une fille plutôt anxieuse et rangée. Mais à Koh Phi Phi, je me suis sentie différente, peut-être moi-même pour la première fois. Je n’ai jamais été aussi heureuse que cela.» La jeune aubonnoise peine à expliquer ce sentiment soudain de libération. Mais une chose est sûre, à son retour en Suisse, elle n’a qu’une idée en tête: retourner à Koh Phi Phi.
Lors de son deuxième voyage elle découvre progressivement toute une communauté de voyageurs avec qui elle partage ses centres d’intérêt. Grâce à ses contacts, elle a l’opportunité de devenir guide touristique sur un bateau et d’être ainsi projetée au cœur d’un métier rêvé. «Je n’ai pas appris de théorie. Un jour on m’a dit, «Demain, tu seras sur le bateau. Tu devras présenter les lieux en anglais et en français». En Suisse, il m’aurait fallu tel ou tel diplôme».
Quelque temps après, elle apprend qu’elle a finalement été acceptée dans son école de tourisme à Sierre. Elle décide de rentrer en Suisse pour prendre une décision objective. Lorsqu’elle discute avec des étudiants qui ont suivi ce bachelor, elle ne les trouve pas convaincus de la formation. Elle décide alors de retourner en Thaïlande pour la troisième fois.
  
Dans les abysses
  
Phi Phi est un spot réputé pour la plongée sous-marine. Marie Kramer découvre cette activité qui l’apaise profondément et décide de se former dans ce domaine. «Le fond des mers est un environnement hostile. Il y a les courants et les marées, mais bizarrement je m’y sens bien, je me sens relax. Plus je fais de la plongée, plus j’aime ça». Pourtant, la première expérience de Marie a été plutôt angoissante. Alors qu’elle devait sauter dans l’eau avec un équipement d’environ 10 kg, son gilet d’air s’est percé et elle a coulé. Cela ne l’a pas empêché de continuer.
Aujourd’hui, bien qu’évoluant dans un univers paradisiaque, son travail lui demande beaucoup de concentration (voir encadré). Sous l’eau, elle doit être attentive à la moindre réaction des clients pour éviter qu’ils ne paniquent. En choisissant cette activité, elle voulait innover. «Personne ne plonge dans ma famille. La plongée, c’est mon truc à moi. Je voulais me démarquer de ma famille et surtout de mes deux frères (ndlr: très investis dans les sports de nature)». Pour la suite, Marie Kramer ne sait pas ce qu’elle fera, mais elle agira par conviction comme elle l’a fait jusqu’à présent.
L’Aubonnoise se forme pour devenir Divemaster dans le but de diriger les séances de plongée destinées aux touristes. 
  

L’actu en images

Journal de Morges
Woodstock
Les 8 et 9 septembre 2017, Jacques Saugy et ses élèves proposaient ...
Journal de Morges
Challenge Gottraux 2017
Dimanche 10 septembre 2017 avait lieu le traditionnel Challenge ...
Journal de Morges
20 ans Harmonie du Bourg, Cossonay
Samedi 9 septembre, l'Harmonie du Bourg de Cossonay fêtait ses 20 ...
Edition de la semaine

le choix de la rédaction

Colombier
Organisé par l’Écurie de la Crausaz, le Gymkhana a fait ...
Lussy/Morges
La population a été invitée à visiter un bâtiment qui a ...
Saint-Prex
Du haut (c’est une façon de parler vu sa taille) de ses ...
Web

le reste de l'actualité web

Cossonay
Dans le cadre de son 20e anniversaire, l’Harmonie du ...
Lavigny
Les magiciens ne sont pas parvenus à faire disparaître ...
Lonay
La météo a contraint les artisans à se presser à la ...
Bussigny
Début septembre, les Bussignolais ont vécu au rythme des ...
Morges
Avec 2300 entrées réparties sur les 24 soirées, ...

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Bussigny
Grâce à une restructuration complète de sa page web, la ...
Morges
Pour la rentrée, le Conservatoire de l’ouest vaudois ...

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Morges
Jeudi prochain, les musées, galeries et ateliers ...

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Morges
Durant tout l’été, des visites guidées de la ville ont ...
Etoy
Melissa Pritchard a remporté le classement féminin d’une ...
Morges
Véritable défi lancé aux cyclistes aux heures de pointe, ...
Course
Après plus de 37 kilomètres parcourus, la 23e édition du ...
Edition N° 36
ven 15.09.2017
Edition de la semaine