Galeries Vidéos Abonnez-vous

Morges-sous-Rire

Thomas Wiesel veut sévir et disparaître

Cédric Jotterand 21.06.2018 18:10

Rarement un humoriste n’aura fait pareille irruption dans le paysage comme Thomas Wiesel. En 2013, nous parlions de sa première au festival en évoquant déjà ses vannes «piquantes», tout en nous demandant quel serait son avenir. «J’ai l’impression que ces cinq années ont défilé à la vitesse d’un sprint», confie-t-il affublé d’un maillot de basket, lui qui fait des paniers en attendant son tour. Du café-théâtre à la salle principale bondée, il y a en effet un pas de géant que Wiesel semble réaliser le plus naturellement du monde.

Alors que les adeptes du stand-up s’appuient sur de la musique à outrance et des jeux de lumière, lui se pointe avec un stylo, un iPhone et une bouteille d’eau face à un public qu’il sait tenir. «Quand tu dis à un jeune que tu sors un soir à Morges, tu ne parles pas d’un bar, mais de la sortie Est ou de la sortie Ouest pour éviter les bouchons.»

À lire aussi: "La peinture sur cheveaux selon Blaise Bersinger."

Voilà le fonds de commerce: les villes et contrées plus ou moins perdues visitées lors de ses spectacles et qu’il égratigne volontiers, pour un public aux anges. Durant la première demi-heure, les vannes hilarantes fusent. Constantin n’est jamais loin, le Journal de Morges en prend pour son grade et l’on semble (presque) tout lui pardonner car on sent bien que c’est un artiste aimant la Suisse qui s’en prend aussi sévèrement à elle. 

Si le passage sur la découverte de sa stérilité parvient à déclencher les rires, l’évocation du solde de ses misères personnelles est cependant trop pesante en conclusion d’une prestation qui appelle un break. «Après la radio et la télé, deux vitrines qui ont largement permis d’attirer du public à mes spectacles un peu partout, je crois qu’il y a un besoin partagé de moins me voir. Ça fera du bien à tout le monde et je souhaite désormais faire une longue pause et me remettre à l’écriture. On ne se rend pas compte du temps de préparation que nécessite une émission comme «Mauvaise langue», pour une diffusion finalement assez courte. Si j’ai pris plaisir à effectuer toutes ces expériences, là, je suis vidé.»

Pause au menu

C’était donc la dernière d’une longue série à Morges, jeudi dernier, avec une valise de projets encore vide pour la suite. «Je pense uniquement à des vacances et à regarder des matchs du Mondial», confie-t-il sans rire. «Si on veut être au top, il faut regarder l’actualité sans cesse, se mettre des alertes dans les fils d’actualité, avoir plein d’applications. Là, j’ai envie de couper et de débrancher.»

Thomas Wiesel, qui allume tout le monde sur scène, estime aussi qu’il faut remettre les compteurs à zéro avec un public très attentif sur les réseaux sociaux. «On ne peut pas se renouveler chaque jour et si les gens aiment voir et revoir les sketchs mythiques des humoristes plus anciens, ils attendent des plus jeunes des vannes inédites à chaque fois. C’est un défi supplémentaire, mais on sent bien que le rapport est différent avec la génération qui nous suit aujourd’hui.»

L’usure, Thomas Wiesel la ressent donc et dit n’avoir aucun engagement à l’horizon 2020. Sur le plan de la scène évidemment puisqu’il assurera, comme chaque année, le camp qu’il organise chaque été pour des enfants handicapés.

L’actu en images

Journal de Morges
Challenge Gottraux
Les 8 et 9 septembre, la Gym de Saint-Prex organisait son ...
Journal de Morges
Le roi 2018 a été désigné
Jérémie Rossier a été désigné mardi soir par ses pairs roi des ...
Journal de Morges
Fête au Village Tolochenaz 2018
Le samedi 1er septembre avait lieu la Fête au village à ...
Edition de la semaine

le choix de la rédaction

Villars-sous-Yens
Le centre du village sera transformé en potager ...

Pour lire cet article en entier, vous devez vous connecter.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Villars-sous-Yens
Le champion de bicross a fait d’une simple idée une ...

Pour lire cet article en entier, vous devez vous connecter.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Mauraz
Plus petite commune du district, sise entre Pampigny et ...
Web

le reste de l'actualité web

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Edition N° 36
ven 21.09.2018
Edition de la semaine
Dernière video JDM
  dernière vidéo
MyRun4Help, une course à vivre
La course à pied pour soutenir les familles de Yanis et Marilou s’est à nouveau conclue sur un ...