Monnaz | André Cruchon
Tournée céleste pour l’ancien buraliste
Hommage

Quand, le 26 avril 1990,André Cruchon a pris une retraite qui avait coïncidé avec l’inauguration de la nouvelle poste de Monnaz, le syndic d’alors, Yves Balmas, lui avait rendu hommage pour la qualité du «service postal personnalisé» qu’il avait assuré durant 37 ans. Hommage auquel il avait associé l’épouse du buraliste, Margrit. 
Autant dire que c’est à un citoyen estimé, qui a maarqué la vie du village, que seront rendus cet après-midi, les derniers devoirs: André Cruchon est décédé le 5 mars au bel âge de 93 ans. Natif de Monnaz, André Cruchon avait succédé le 1er avril 1953 à Henri Henchoz qui, depuis 1936, exerçait la fonction de buraliste avec la collaboration de sa famille. «Quand j’ai été nommé, le village comptait 24 ménages, nous avait-il confié. Le bureau avait été transféré provisoirement, et pour une année, dans la maison de mon père, au centre du village. Une véranda vitrée servait de bureau. J’avais créé une banque avec tiroir-caisse et guichet vitré. Il n’y avait aucune sécurité et pas de moyen de chauffage.»

Le 1er juillet 1954, la poste avait été déplacée dans la villa qu’André Cruchon avait fait construire. Elle y est demeurée jusqu’à sa retraite. Le métier, André Cruchon l’avait appris «sur le tas». Car on ne peut décemment pas assimiler à un apprentissage les notions acquises, à raison de deux heures par jour durant 

deux semaines, chez son collègue Robert Delapierre, alors buraliste à Vufflens-le-Château. À l’heure du bilan, le buraliste évoquait l’évolution de la profession, le développement démographique du village.

Déplorait la disparition du rôle social de la profession provoquée par la généralisation des boîtes aux lettres en 1974. 

André Cruchon a effectué des remplacements dans d’autres bureaux de poste, particulièrement à Gollion. Pampigny et Mont-sur-Rolle. Parallèlement à son travail postal, le buraliste a exploité un 

domaine agricole et viticole et cela jusqu’en 1960. Il a soigné ses vignes jusqu’en 1968. C’est dire combien a été précieuse la collaboration de son épouse, Margrit, décédée en 2012. 

Le buraliste postal était au service de la collectivité. André Cruchon l’a aussi été en qualité de municipal, responsable du service des eaux de 1949 à 1969. Il a été fourrier du corps des sapeurspompiers.

C.Jotterand   03.04.2018

Hommage

Nos chers disparus

Rodolphe Schelbert

Avec distinction, il a dirigé durant 18 ans l'Hôtel ...

Edward Demont

« C'était un « fondu » de sport ! » Ces mots de ...

Georges Morand

L'engagement de Georges Morand pour la collectivité a ...

André Cruchon

Quand, le 26 avril 1990,André Cruchon a pris une ...

Edition N° 20
ven 25.05.2018
Edition de la semaine