Exposition

Une amitié brodée de haute couture

Donatella Romeo 18.05.2017 14:05
Maxime et Salvatore Gervasi, porteurs du projet, devant les croquis originaux de Hubert de Givenchy.

Aujourd’hui, tout est prêt. Robes, accessoires, croquis et clichés de Hubert de Givenchy n’attendent plus que les visiteurs qui défileront pour les admirer dès demain et jusqu’au 17 septembre entre l’Expo Fondation Bolle, le musée Alexis Forel et le Château de Morges et ses Musées. Mais avant que le faste et la magie n’opèrent, en coulisses, acteurs locaux et internationaux se sont activés pour faire de cette exposition inédite – intitulée «Audrey Hepburn & Hubert de Givenchy - Une élégante amitié» – une grande réussite.

Il y a encore une semaine, dans les trois institutions, l’effervescence était à son comble. Menuisiers, cheffe d’atelier, commissaire d’exposition, assistants, décorateurs, jardiniers et organisateurs se croisent et s’affairent chacun à leur poste. Ici et là, on entend parler français, anglais, espagnol et allemand. «Nous travaillons avec des entreprises de la région, notamment pour tous les travaux, mais il y a des gens du musée Thyssen-Bornemisza de Madrid et de la Maison Givenchy qui sont également présents», explique Maxime Gervasi, responsable de la communication. Tous s’activent avec en tête le mot d’ordre que Hubert de Givenchy a donné à Salvatore Gervasi, chef de projet, lorsqu’il a accepté que cette rétrospective se déroule à Morges: la perfection.  

A lire aussi: La bibliothèque fête ses 250 ans

«Les pièces exposées nous proviennent de Suisse, de France, d’Espagne, de Hollande et d’Allemagne. Ce sont des musées, des clientes privées, les archives de la Maison Givenchy et Monsieur de Givenchy en personne qui nous les ont prêtées.» 

Des œuvres d’art

Bien plus que des robes, ce sont des œuvres d’art estimées à plusieurs dizaines de milliers de francs que l’Expo Fondation Bolle, qui dirige le projet, a dû faire venir de partout en Europe. «Déplacer ces robes nécessite de faire appel à un transporteur d’art avec des camions protégés et climatisés», ajoute Maxime Gervasi. Certaines pièces sont arrivées dans des housses, mais les plus fragiles sont conservées dans des boîtes et entourées «de papier-tissu non acide». Stockées d’abord dans un endroit sous surveillance et avec un taux d’humidité très précis, elles ont progressivement été apportées dans l’un des trois lieux d’exposition. «Une fois la robe sur place, il faut la laisser 24h à 48h sans la toucher afin qu’elle «s’habitue» à ce nouvel environnement. Ensuite seulement, on peut la poser sur son mannequin.»

Et là, encore, ce n’est pas n’importe quels mannequins. Une marque en particulier, également choisie de Balenciaga et Yves Saint Laurent, convient aux créations. «Et pourtant, Audrey Hepburn avait une taille si fine que même ces mannequins doivent être coupés pour pouvoir présenter les robes qui lui ont appartenu.» Position du corps, des mains, de la tête, couleur du mannequin, accessoirisation, chaque détail compte pour que les pièces soient mises en valeur. «Toutes les tenues ont une fiche technique très précise que nous devons respecter.»

Petite robe noire

Au total, 53 robes du créateur dont plusieurs ont appartenu à Audrey Hepburn sont présentées à Morges. «Sur les 10 pièces les plus iconiques de Hubert de Givenchy, nous en avons sept», se réjouit Maxime Gervasi. Dont la célébrissime petite robe noire de Breakfast at Tiffany’s. «Il n’en existe que trois répliques, mais nous avons l’originale, celle que portait Audrey Hepburn dans le film.» À cette pièce d’exception, on peut ajouter la robe rose qu’elle arborait dans ce même film ou sa robe de mariée (voir ci-contre) que l’équipe manipule avec une extrême délicatesse. On comprend également que les musées ont dû renforcer leur système de sécurité. «Surtout que la grande majorité des robes ne sont pas présentées en vitrine. Hubert de Givenchy veut que les gens puissent les voir de près.»

Ce jeudi, tout était prêt. «L’installation est terminée. Maintenant, c’est une autre aventure, avec le public, qui commence.» Près de 50 000 personnes sont attendues pour cette exposition de haute couture qui est également une ode à 40 ans d’amitié entre le créateur français et l’actrice tolochinoise.

L’actu en images

Journal de Morges
Concert de l'Harmonie du Pontet
L'Haromine du Pontet donnait sa soirée annuelle à Bussigny le 13 mai.
Journal de Morges
Sortie bateau avec les aînés
Mercredi 17 mai, les aînés ont pu profiter du soleil pour leur ...
Journal de Morges
Mérites sportifs et culturels de Bussigny
L'unions des sociétés locales et la commune de Bussigny ont remis ...
Edition de la semaine

le choix de la rédaction

Cossonay
L’association La Motte qui Botte a été créée au ...
Morges
C'était le... 1er décembre 1976
Morges
La cour du Bluard se prépare à accueillir pour la ...
Web

le reste de l'actualité web

Montricher
L'union fait parfois la force et c’est ce qu’on se dit ...
FAIT DIVERS
Un important dispositif a été déployé jeudi en fin de ...
Apples
Les vins de Paysans solidaires de la région morgienne ...
L'Isle
Les Cuivres du Mont-tendre ont fêté dans une ambiance de ...

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Irène Golay et Benoît Croset participeront cet été à ...
Saint-Prex
Chaque semaine, nous partons à la rencontre de ces ...
Région
La maison Bolle a fait fort lors de la 1re édition des ...

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Morges
La crème de la nouvelle génération de l’humour sera à ...
Patinoire
La convention qui régit l’utilisation de la patinoire ...

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Morges
Depuis quatre ans, des amateurs de jardinage se ...
Hockey
En mettant l’accent sur des partenariats avec les clubs ...

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Graffitis
Le passage dénivelé de la gare de Saint-Jean a été ...
Edition N° 20
ven 19.05.2017
Edition de la semaine