Galeries Publicité Vidéos Abonnez-vous
Vufflens-Le-Château | Jean Büchli
Un personnage taillé dans le marbre
Hommage

La pierre était sa vie. Il a oeuvré pour la promotion du métier de marbrier. Avec sa dispariton, une page de l'histoire évonomique de Morges se tourne.

«Ce furent 43 années de bonheur!» affirmait Jean Büchli qui, en été 2004, avait mis un terme à sa fonction de maître professionnel pour les apprentis marbriers, sculpteurs, tailleurs de pierre et ouvriers sur pierre de Suisse romande. Cette longue activité en faisait le doyen de fonction des maîtres professionnels suisses. Autant dire qu'il laissera son empreinte dans la pierre. Et dans les coeurs de ceux qui ont eu le plaisir de côtoyer ce personnage attachant, voire truculent.

Son nom n'a rien de vaudois. Qu'importe : Même s'il avait émigré àVufflens-le-Château, Jean Büchli était viscéralement Morgien. Il naît en cette ville le 18 mai 1940. Son enfance se passe parmi les pierres. Et cela d’autant plus que son père l’incite à lui donner de petits coups de main: «Viens bricoler à l’atelier! Ça te fera un peu d’argent de poche ! » Le gamin se pique au jeu. A 15 ans et demi déjà, il passe l’examen final de marbrier et obtient son certificat fédéral de capacité après s’être nourri de théorie en autodidacte, dans les bouquins «J’ai fait un raccordement d’une année comme sculpteur sur pierre à Nidau. A 18 ans et demi, je passais mon examen de sculpteur sur pierre à Berne. Puis j’ai fait un complément d’apprentissage pour obtenir, une année plus tard, mon CFC de tailleur de pierre à Saint-Gall. Ainsi, avant mon école de recrues, je possédais les trois CFC!»

Jean Büchli rejoint alors l’entreprise paternelle. A la même époque, il est appelé à enseigner la technologie, l’histoire de l’art et le dessin à des apprentis dont il est à peine l'aîné. Et cela durant 43 ans ! «  Je n’ai pas eu à faire de la discipline. Ou alors j’intervenais de façon drôle... » J’ai eu du plaisir à donner ces cours. Et si je suis resté aussi longtemps, c’est parce que j’estime qu’il est de mon devoir de transmettre mes connaissances professionnelles aux générations futures. C’est un devoir et un plaisir. Car les contacts avec les jeunes sont formidables. Et d’enseigner, ça m’a obligé d’être toujours à la page. C’est un recyclage permanent tant en ce qui concerne la technique que l’histoire de l’art, car il y a sans cesse de nouvelles découvertes.

Jean Büchli avait succédé à son père, Hans, qui était venu d'Argovie pour s'établir à Morges en 1927. La marbrerie a été démolie en 2006 .

Gilbert Hermann   26.11.2019
Hommage

Nos chers disparus

Edition N° 48
ven 13.12.2019
Edition de la semaine
Dernière video JDM
  dernière vidéo
À la découverte de nos villages: Lussy-sur-Morges
Chaque semaine, nous vous emmenons à la découverte d'un village du district de Morges. ...