Galeries Publicité Vidéos Abonnez-vous

Sport

Gabet Chapuisat reprend la tête de la première équipe de Forward.

JDM 15.01.2013 08:05

 

La rumeur s’est finalement confirmée, c’est bien Gabet Chapuisat qui reprend la première équipe du Forward Morges, comme le Journal de Morges le révélait en décembre. L’homme, enfant de Saint-Prex, a entraîné certaines des plus grandes équipes du pays. Il revient sur son engagement et les ambitions qu’il caresse pour Forward, mais aussi sur son lien avec Morges.

– Comment les dirigeants de Forward vous ont-ils approché?

– Pour tout dire, j’ai eu une période difficile avec Yverdon, cela ne s’est pas passé comme je pensais. Bref, on n’était pas sur la même longueur d’onde avec le président. A ce moment-là, j’avais décidé de faire un break. Parallèlement, Christophe (ndlr: Ohrel, responsable technique de Forward et beau-fils de Chapuisat) m’a présenté à Sébastien Boillat, le président morgien. On discutait sans rien de concret, car il y avait déjà un entraîneur en place. C’est une fois qu’ils se sont séparés de lui que les négociations se sont précipitées et que je me suis décidé.

– Qu’est-ce qui vous a poussé à accepter ce poste?

– Je suis un enfant de la région. Lorsque j’avais 10-12?ans, je venais déjà voir Forward jouer. A l’époque, ils étaient en 1re?ligue. Tout naturellement, je suis donc venu voir deux ou trois matches cette saison et je trouvais qu’au vu de l’équipe c’était un challenge très intéressant.

– Sur la base de ce que vous avez vu, comment jugez-vous le potentiel de cette équipe?

– Pour avoir des résultats, cela passe de toute manière par le travail. Mais, dans l’ensemble, c’est une équipe qui a de bons moyens techniques et qui sait véritablement jouer au foot. Il n’y a pas de problèmes de ce côté-là. Maintenant, il va falloir insister sur la qualité des entraînements et sur l’ambition. Il faut qu’ils soient fiers de leur équipe et qu’ils aient envie d’aller titiller le haut du classement. Pour l’instant, ils sont là où on pouvait les attendre à la fin du premier tour (4e, à 3?pts du premier). Il va aussi s’agir de renforcer l’équipe intelligemment et avec de la jeunesse. Le but est de voir plus loin, en les entraînant comme s’ils étaient en 1re?ligue.

– Jusqu’où pensez-vous que Forward peut aller?

– Dans la situation actuelle, on ne va pas se précipiter, mais Morges est une ville qui a toujours compté dans le milieu du football. D’ici à trois ans, on doit pouvoir monter en 2e?ligue inter et pourquoi pas plus haut? Mais c’est encore un peu trop tôt pour le dire.

– Est-ce que vous pensez que la réputation du nom Chapuisat dans le foot va motiver les joueurs?

– Cela peut être un leitmotiv, mais le message est clair de la part de l’entraîneur comme du club: tout donner. On va leur demander de faire plus d’efforts et d’être présents à tous les entraînements. Le plus important, c’est que le travail se fasse dans la bonne humeur et dans le sérieux.

– Quelle approche du foot allez-vous imposer?

– Après la reprise des entraînements, notre premier match de préparation est fixé au 29 janvier, ce qui nous laissera sept semaines pour que tout soit en place avant le premier match le 17 mars. Quant à l’approche du foot, elle est très simple: que chacun connaisse sa tâche et son devoir sur le terrain et qu’il y ait une certaine homogénéité dans le jeu. La tactique, c’est mon affaire, mais tout seul, je ne peux rien.

– Y a-t-il déjà eu des Chapuisat à Forward?

– Bien sûr! Mon père faisait partie des juniors dans les années 1947-1948. Mon frère a également évolué en 1re?ligue avec notamment Gilles Martin (ndlr: joueur émérite et ancien président de Forward). Le foot est vraiment inscrit dans les gênes de la famille.

– Justement, vous allez collaborer avec Christophe Ohrel, connu pour son fort caractère. Vous êtes plus à l’abri avec lui qu’avec Constantin?

– C’est mon beau-fils, mais j’ai aussi été son premier entraîneur lorsqu’il est venu en Suisse romande. On se connaît aussi bien professionnellement que personnellement, donc cela va bien se passer. Cela va sûrement chauffer une fois ou l’autre sur le terrain, mais les arbitres vont nous attendre au tournant et ils ne vont rien nous laisser passer! Le but de Christophe en m’engageant était aussi de pouvoir me laisser les rênes de l’équipe pour qu’il puisse se consacrer à ses tâches qui sont déjà nombreuses.

– Vous vous réjouissez de commencer cette nouvelle expérience?

– Absolument! Je ne suis pas là pour me mettre à la retraite ou faire du remplissage, bien au contraire! Le but est de faire quelque chose de cette équipe et d’aller le plus loin possible. Je suis très ambitieux.

 

L’actu en images

Journal de Morges
L'Envol Tolochenaz 2019
Les 9 et 10 février, le Choeur mixte L'Envol présentait “Suivez le ...
Journal de Morges
L'Aurore Saint-Prex 2019
Le 09 février, L'Aurore présentait sa traditionnelle soirée ...
Journal de Morges
Concours du Seulet, Berolle 2019
Dimanche 3 février, la jeunesse de Berolle a réinstauré une ...
Edition de la semaine

le choix de la rédaction

Morges
Le syndic Vincent Jaques souhaite que l’épicerie mobile ...

Pour lire cet article en entier, vous devez vous connecter.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Russie
Correspondante du Journal de Morges, Emilie Wyss est ...

Pour lire cet article en entier, vous devez vous connecter.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Morges
Plusieurs lignes de Pedibus sont en cours de ...
Web

le reste de l'actualité web

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Saut à ski

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

On se bouge pour la planète
Edition N° 06
ven 15.02.2019
Edition de la semaine
Dernière video JDM
  dernière vidéo
À la découverte de nos villages: Denens
Chaque semaine, nous vous emmenons à la découverte d'un village du district de Morges. Sixième ...