Galeries Vidéos Abonnez-vous

Région

Il a consacré sa vie au spectacle sous le masque de Barnabé

Jean-François Reymond 24.07.2011 18:53

Le Théâtre Barnabé à Servion... Son grand orgue de cinéma... Ses revues et son truculent animateur... Chacun de nous en a entendu parler même s?il n?y est jamais allé! Mais c?est normal... Car Barnabé est un mythe, une légende, ou en tout cas un grand bonhomme du spectacle.

Jean-Claude Pache est né le 20 juin 1940, dans une famille d?agriculteurs. En 1865, c?est son arrière-grand-père Jean-Louis qui achète les bâtiments qui datent de 1740 avec des dépendances un peu plus récentes. C?était d?ailleurs l?ancienne auberge communale de Servion qui, sous son impulsion, va retrouver sa vocation puisqu?il compte installer un café-restaurant doublé d?une exploitation agricole. Le grand-père y ajoute une note. Il fait construire une première salle en 1920, servant pour les sociétés locales. Jusque dans les années 60, Jean-Claude Pasche travaille avec son père Robert sur l?exploitation agricole qui comptait aussi des vaches laitières.

L?aventure du théâtre a vraiment débuté en 1965. La famille Pasche avait tenu à faire une fête pour marquer les cent ans de sa présence à Servion. Pour l?occasion, la salle du grand-père a été rouverte et l?événement avait obtenu un grand succès. «Alors pourquoi pas rembryer la combine?» s?est dit Jean-Claude Pasche, surtout qu?à ce moment-là, Jacques Béranger, l?ancien directeur du Théâtre municipal de Lausanne, s?ennuyait de la défunte Revue de Lausanne, arrêtée en 1959, qu?il avait reprise en 1936 et qui était «le» grand et réputé événement culturel de toute la Romandie. Malgré le terrible héritage à assumer, la Revue se déplace à Servion en 1967 pour prendre un timide départ avec à peine 600 spectateurs. Mais, on n?est pas à la campagne pour rien... La graine prend et ça sera alors une suite ininterrompue de revues, chaque année, au succès toujours grandissant. A tel point que cette incroyable aventure va totaliser bientôt 50 ans d?existence. En effet, en 2014, s?ouvrira la 50e saison et suivront alors les vrais 50 ans de l?aventure Barnabé en 2015, tandis qu?en 2016, il faudra encore marquer la 50eRevue.

 

Quand Pasche devient Barnabé

Jean-Claude Pasche doit son surnom à un bizarre instrument pesant une demi-tonne et composé de 350 tuyaux. C?est un «orgue de foire», fabriqué par la prestigieuse manufacture d?orgues Gebruder Bruder, de Waldkirsch. Trouvé à Lausanne en 1964, il a été restauré puis installé dans l?ancienne salle de la Croix-Blanche. André Béart-Arosa, l?un des premiers réalisateurs de la toute jeune Télévision suisse romande (TSR), avait suggéré de baptiser cet instrument du nom de «Barnabé», ce qui a donné aussi le nom à la salle où il se trouvait, puis à son propriétaitre lui-même.

Il faut dire aussi que Barnabé est un collectionneur averti d?instruments anciens de toutes sortes, avec l?apothéose du grand orgue de cinéma qui trône maintenant dans le théâtre. L?homme collectionne aussi des jouets anciens, notamment des trains. A ce sujet, il dit volontiers: «Je préfère le jouet ancien car il a une âme, ce qui n?est pas le cas d?un modèle réduit plus précis!»

 

Un nouveau théâtre

Alors que la Revue bat son plein d?année en année, la modeste «grange à pont», comme elle est surnommée, ne suffit plus pour y faire dérouler un tel spectacle. Ni une, ni deux, en 1977, la décision est prise de construire une nouvelle salle. Accompagné de son père, figure très connue dans la région, Barnabé expose le projet à différents banquiers. Vu la conjoncture de l?époque, ils octroient facilement le crédit demandé. L?architecte choisi a fait une confiance totale à Barnabé. Il a donc tout concrétisé sur plans les croquis faits parfois sur des sets de table. Pendant les trois ans nécessaires au chantier (il fallait «rafistoler» avec l?ancien bâtiment), la Revue se fait itinérante sur les routes de Suisse romande. «En 1980, nous avons inauguré le nouveau théâtre de 500 places. Un bonheur absolu couronnant déjà un certain succès reconnu loin à la ronde», souligne-t-il avec satisfaction. Dès cette date, le Théâtre Barnabé complète sa Revue par des opérettes, des comédies musicales et des concerts et l?actuel directeur Emmanuel Samatani a concrétisé cette politique de création artistique et a mis sur pied une vraie saison de spectacles.

 

Vie passionnante

Arrivé à un âge où il faut bien penser au mot «succession», Barnabé a déjà tout préparé. Tout ce patrimoine réuni à Servion, est gèré depuis 2005 par une fondation reconnue d?utilité publique par le Département vaudois des affaires culturelles. Le créateur tire une rétrospective très positive tout en étant fier d?avoir toujours joué la carte de la proximité. «Nous avons en Romandie un potentiel d?artistes et de comédiens qui ne demande qu?à être mis en valeur. Ainsi nous avons entièrement créé des spectacles comme Rêves de Valses, l?Auberge du Cheval Blanc, La Veuve Joyeuse, Hair, West Side Story, Oliver Twist, et en création mondiale, La Cage aux Folles, comédie musicale en français, La Guerre des Boutons, Robots, etc. Tout ceci n?a été possible qu?avec le concours d?une équipe technique, administrative et artistique qui m?a toujours suivi dans ce projet un peu fou. Personnellement, je n?en tire aucune gloire. J?ai simplement tenu compte de ce que me demandait mon public. Et faire plaisir aux gens en les divertissant est sans doute la plus belle activité au monde!», dit-il en conclusion comme s?il tirait une révérence sur la scène après le spectacle étincelant de «sa» Revue. Chapeau bas... Barnabé!

L’actu en images

Journal de Morges
Spectacle de Hip Hop de Santo 2018
Samedi 2 décembre a eu lieu le dernier spectacle de Santo Di ...
Journal de Morges
Marché de Noël 2018 à Saint-Prex
Le 2 décembre, le bourg de Saint-Prex était en fête pour son ...
Journal de Morges
Marché de Noël au Château de Morges, 2018
Du 5-9 et 12-16 décembre 2018, le Marché de Noël vivait sa seconde ...
Edition de la semaine

le choix de la rédaction

Morges
La société se donne une nouvelle structure pour ...
Séparation
Le club vaudois et l’entraîneur français ont décidé de ...
Région
Un hérisson, Jerryson, était la mascotte de l'édition ...
Web

le reste de l'actualité web

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Edition N° 47
ven 07.12.2018
Edition de la semaine
Dernière video JDM
  dernière vidéo
Un nouveau commandant au SIS Morget
Thierry Charrey prendra ses fonctions le 1er décembre en tant que commandant du SIS Morget.