Galeries Publicité Vidéos Abonnez-vous

Voyage

Un an à vélo : Turkménistan-Ouzbékistan-Tadjikistan

Sébastien Kramer 13.08.2014 23:23

Nous arrivons au poste frontière avant 8 h, heure officielle de l’ouverture. Nous ne voulons pas perdre une minute de nos cinq jours de visa pour traverser le Turkménistan. Mais cela commence mal puisque les gardes dorment encore du côté iranien – on est vendredi – et que diverses paperasses nous retiennent du côté turkmène. Au final, quatre heures nous sont nécessaires pour passer la frontière, il va falloir mettre les bouchées doubles sur le vélo!

Nous roulons avec Thierry, un Français rencontré à la frontière. Il est parti de chez lui il y a un peu plus de trois mois, alors que nous sommes sur la route depuis plus de onze mois… Mais au Turkménistan, le rythme est le même pour tous et nous sommes contents de partager cette traversée avec un habitué des grosses étapes. Nous nous levons très tôt le matin pour rouler avec la fraîcheur de l’aube. La route est mauvaise, le vent presque toujours de face et l’eau est rare. Mais grâce aux conseils d’autres cyclo-voyageurs, nous savons où nous arrêter pour les longues pauses obligatoires de midi. En effet, l’ombre ne se trouve qu’en très faible quantité dans le désert du Karakom et la forte chaleur de l’après-midi empêche quasiment tout mouvement.

Si traverser un pays en cinq jours est un joli défi sportif, cela laisse aussi pas mal de frustrations pour les voyageurs que nous sommes. Dormir, rouler et manger sont nos tâches quotidiennes et nous ne pouvons pas nous permettre de mieux découvrir ce pays et ses habitants qui nous laissent pourtant une excellente impression durant les rares échanges que nous avons avec eux.

Le cinquième et dernier jour de traversée est particulièrement rude. La frontière est trente kilomètres plus loin que ce qu’on estimait et je suis malade après avoir mangé un poulet douteux au bord de la route. Nous devons aller chercher au fond de nous-mêmes pour atteindre finalement le poste frontière une heure avant qu’il ne ferme. C’est un immense soulagement et une délivrance que d’arriver en Ouzbékistan! Nous sommes à bout de forces et plantons la tente quelques centaines de mètres après la douane.

Deux jours plus tard, nous atteignons la ville de Bukhara qui sera pour nous une oasis de repos après la rude traversée du Turkménistan. La vieille ville est des plus envoûtantes avec ses medrese (écoles coraniques), mosquées et bazars couverts. L'âme de la Route de la Soie perdure ici entre les faïences bleues des minarets et les vendeurs d'épices qui mélangent couleurs et odeurs avec une rapidité et une maîtrise fascinantes. Les après-midi sont très chauds et nous restons sagement à l'ombre de la cour intérieure de notre hôtel. Un des employés travaille ici pendant l'été et enseigne le français durant le reste de l'année. Il nous raconte, dans un très bon français, son expérience dans un supermarché de Russie où le salaire est trois fois plus élevé que celui d'enseignant en Ouzbékistan. Avec une telle différence, difficile de résister à l’envie de passer la frontière…

Reposés et curieux de découvrir la campagne ouzbek, nous reprenons nos vélos pour rouler vers l'est. Notre rythme suit celui du soleil, mais entre 11 h et 17 h, nous devons nous cacher de ses rayons qui font grimper la température à plus de 50 degrés. A l'ombre d'un mûrier, la température "descend" à 40 degrés, ce qui nous permet juste de nous poser en buvant des litres d'eau. Des gamins curieux viennent alors nous dire bonjour en récitant les quelques phrases qu'ils connaissent en anglais. Puis ils courent chez eux, sans se soucier de la chaleur, pour nous apporter quelques abricots et des graines de tournesols que nous n'arrivons toujours pas a manger sans user de nos doigts… Ces heures de pause passent toujours plus vite que ce qu'on pense et on finit par retrouver un peu de courage pour remonter sur selle et rouler jusqu'au coucher du soleil.

Retrouvez la suite de cet article en cliquant ici!

L’actu en images

Journal de Morges
Les tulipes sont tout de même en fête
Ce devait être LA grande fête de la tulipe avec un 50e ...
Journal de Morges
Concerts annuels de la fanfare de Saint-Livres
Les concerts annuels de la fanfare de Saint-Livres avaient lieu ...
Journal de Morges
Soirée du chœur mixte La Récréation
La soirée annuelle du chœur mixte La Récréation avait lieu samedi ...
Edition de la semaine

le choix de la rédaction

Pour lire cet article en entier, vous devez vous connecter.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Aubonne
Le festival qui devait avoir lieu au Château d'Aubonne ...
Aide
Le canton va payer la moitié du salaire de la formation ...
Morges
Samedi 16 mai 2020, lors de l’Assemblée Générale de la ...
Web

le reste de l'actualité web

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Edition N° 21
ven 21.05.2020
Edition de la semaine
Dernière video JDM
  dernière vidéo
"Les gens réagissent enfin"
Jeudi 7 mai, le directeur et rédacteur en chef Cédric Jotterand s'est exprimé en direct au 19h30 ...