Galeries Publicité Vidéos Abonnez-vous

Spectacle

«Je suis parti dans tous les sens»

Emilie Nasel 27.06.2014 00:16

Pour sa 2e venue à Morges, Vérino a joué la carte de l’improvisation. Pour le plus grand plaisir du public.

Jeudi soir, Vérino a fait fondre les femmes et rire aux éclats les hommes. Touchants, hilarants et surtout tellement vrais, ses sketchs ont conquis le public de Beausobre. Pendant la représentation, il avouait au public ne plus vraiment savoir dans quel sens allait son spectacle… Rassurez-vous, ce n’était pas une blague! Retour sur un show marqué par une improvisation en toute maîtrise.

Comment s’est passé ce spectacle?

La première partie du spectacle était propre, j’étais très concentré. C’est après que je suis parti dans tous les sens! Je joue ce spectacle depuis le mois d’octobre, il avait une bonne forme. Jusqu’au moment où je me suis dit que je pouvais encore l’améliorer en le déstructurant et le remontant. La bonne idée, c’était de le faire cette après-midi dans le train…

Qu’est-ce qui se passe dans votre tête au moment où vous êtes sur scène et que vous êtes un peu perdu?

Je réfléchis. Je me dis qu’il faut que je reste concentré quoi qu’il arrive et je réfléchis en même temps que je parle. Le public ne l’a peut-être pas remarqué parce que j’aime tellement ce métier que je me régale quoi qu’il arrive.

Dans tous les spectacles y a-t-il une telle improvisation?

Il y en a toujours… mais pas de grosse pagaille comme ce soir. Dans un spectacle, tout et millimétré, je sais à quel moment je peux me permettre de sortir et où je pourrai revenir. Mais ce soir, dès que je sortais, je ne savais tout simplement pas où j’allais me retrouver. C’était assez déroutant. Mais ça a permis de faire sortir d’autres choses drôles qui vont enrichir la prochaine version. Toutefois, je tiens à rassurer les gens: ce n’était pas n’importe quoi! C’était un bon spectacle et je suis très fier de ce que j’ai réalisé ce soir.

C’est la deuxième année que vous venez à Morges-sous-Rire. Avez-vous un attachement particulier à cet événement?

Non, moi je ne voulais pas y aller, je déteste cette ville, je ne savais même pas qu’elle existait (rires). Non, en réalité c’est l’année dernière que j’ai découvert que c’était un gros festival. Je pensais que j’allais jouer dans une petite salle de 80 places. En fait, mon spectacle a eu beaucoup de succès. C’est à ce moment-là que j’ai compris que les Suisses m’aimaient bien. J’ai un souvenir vraiment très particulier de cette date sous le chapiteau.

Avez-vous pu visiter un peu la ville?

Non, pas du tout. Les seules choses que je connais de Morges c’est le chapiteau, Beausobre, l’hôtel et les endroits où il y a de l’alcool (rires). Mais ça me plaît, c’est en quelque sorte la ville de rêve. Tu viens, tu fais des blagues, tu bois des coups et tu rentres chez toi.

Vous êtes sans cesse en déplacement. Cela doit être un métier éprouvant…

Oui, c’est parfois physiquement violent. Mais c’est une profession que j’adore et je pense que cela me fatiguerait plus de faire un métier que j’aime moins, même s’il est moins intensif. Lorsque j’avais 18 ans, je vendais des chaussures dans un magasin de sport. Et plus jamais je ferai cela. Ce n’était pas éprouvant physiquement, mais c’était tellement plus fatigant parce que je m’ennuyais. Là, j’ai l’impression de servir à quelque chose. Et c’est jouissif de se dire que j’ai rendu des gens contents.

Quand avez-vous su que vous vouliez devenir humoriste?

Très jeune. A 7 ans, j’ai vu pour la première fois un humoriste à la télé. J’ai halluciné de la démarche: une seule personne qui a toute l’attention d’un public pour créer du rire. Je me suis dit que c’était génial de pouvoir gagner sa vie en faisant des blagues. Ce n’est pas toujours facile parce qu’il faut être prêt à échouer sans cesse. Il faut se former un moral inébranlable. Mon objectif de faire rire les gens était tellement fort que je savais que j’allais finir par y arriver. Je n’avais aucune base, je ne connaissais personne, mais je savais profondément que c’est ce que je voulais faire et que rien ne pourrait m’arrêter… et rien ne m’arrêtera. Je continuerai, quelle que soit ma notoriété.

Un humoriste est-il toujours drôle, même lorsqu’il n’est pas sur scène?

Il y a différents types d’humoristes. Personnellement, je suis quelqu’un d’assez optimiste et je crois être plutôt assez facile à vivre. Je m’amuse bien, j’aime bien rigoler. Bien sûr, il y a toujours des moments d’angoisse, de doutes… Mais comme pour tout le monde. Je ne sais pas si la vie d’un humoriste est sympa à partager, mais je crois que ma femme est heureuse… enfin quand je la vois. En fait, c’est aussi pour cela qu’elle est heureuse: parce que je ne la vois pas tout le temps. Sinon je la soûlerais (rires).

Lorsqu’on a pour métier de faire rire les gens, arrive-t-on à encore à vous prendre au sérieux le reste du temps?

Pour faire rire, il faut t’exprimer de la bonne manière afin que la personne en face reçoive la drôlerie. C’est la même idée lorsque tu parles de choses sérieuses. Quand j’exprime de vrais sentiments profonds, les gens ne rient pas parce qu’ils perçoivent que je parle de quelque chose de sincère. Lorsque je gronde mon fils, c’est très rare qu’il ne comprenne pas que je suis sérieux. Par contre, il arrive parfois que je lui explique quelque chose de vrai et qu’il ne me croie pas, parce que j’ai malgré tout ce réflexe général de lui apprendre le second degré pour le faire rire. Ceci dit, je suis très fier qu’il ait de l’humour à seulement 3 ans.

L’actu en images

Journal de Morges
Handi-Challenge 2019
À Morges, de nombreuses personnes se sont réunies le dimanche 19 ...
Journal de Morges
Course automobile de Bière 2019
La 54e édition de la Course automobile de Bière a eu lieu les 18 ...
Journal de Morges
Aubonne Gourmande 2019
Le samedi 18 mai, un voyage bucolique a été organisé à ...
Edition de la semaine

le choix de la rédaction

Pour lire cet article en entier, vous devez vous connecter.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Tolochenaz
Soutien régulier des manifestations sportives de la ...
St-Oyens
Chaque semaine, nous vous proposons de partir à la ...
Apples
Alain Jaquier et Philippe Givel ont passé leur journée ...
Web

le reste de l'actualité web

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Edition N° 20
ven 24.05.2019
Edition de la semaine
Dernière video JDM
  dernière vidéo
À la découverte de nos villages: Saint-Oyens
Chaque semaine, nous vous emmenons à la découverte d'un village du district de Morges. Vingtième ...