Galeries Publicité Vidéos Abonnez-vous

Récit de Voyage

À la découverte du Laos

Sébastien Kramer 08.01.2015 15:27

Si le poste frontière reflète le pays qu'il protège, alors le Laos sera bien tranquille. Voilà ce que nous nous disons alors que notre visa est prêt en quatre minutes, que les douaniers rient aux éclats et qu'aucune de nos sacoches n'est même ouverte. Les jours qui suivent confirment vite ces paroles. En roulant dans un nouveau pays, on aime noter ces petites différences qui montrent qu'une frontière a bien été passée. Au nord du Laos, les paysages ne sont pas fondamentalement différents de ceux du sud de la Chine, mais la route semble plus sauvage. Comme si, ici, c'est la forêt qui décidait de bien vouloir laisser une bande bitumée la traverser. Chose agréable, les voitures ne nous klaxonnent plus à tout bout de champ. D'ailleurs, il n'y en a presque pas des voitures…

Nous traversons beaucoup de petits villages rudimentaires, dont les maisons sont construites en bois ou en bambou et sur pilotis. Une vie simple et paisible s'y écoule. Les femmes lavent leurs cheveux au puits du village, les hommes tressent des paniers devant leur maison, les piments et céréales sèchent sur les toits, les cochons, poules et canards déambulent nonchalamment sur la route. Et pour nous, c'est la joie de voir courir les bambins qui nous lancent des "Sabadi, Sabadi" (bonjour en lao) avec un sourire magique. Lorsque nous montons la tente à côté d'une école de village, on est très vite entouré par des dizaines d'yeux ébahis qui nous regardent planter nos sardines et gonfler notre matelas. Même la nuit ne les fait pas tous partir…

Le nord du Laos nous séduit par ses villages si paisibles et par cette route sauvage qui serpente à travers une forêt tropicale dense. Mais l'effort est intense! Les montées et descentes s'enchaînent sans répits et plus on avance vers l'Est, plus les pentes sont raides. Après une semaine, pour la première fois du voyage, on n'a plus l'envie de pédaler sur ce non-plat permanent et on lève le pouce pour rejoindre la petite ville de Phonsavan. Etre assis entre nos vélos à l'arrière d'un pick-up et foncer les cheveux au vent est aussi une expérience qui ne nous déplaît pas…

A Phonsavan, nous prenons conscience d'une horreur peu connue, celle de la "guerre secrète" menée par les Etats-Unis lors du conflit avec le Vietnam. Des millions de bombes ont été lâchées sur le pays, parfois simplement parce que les pilotes ne voulaient pas retourner à leur base aérienne avec leur avion encore chargé, pour ne pas devoir effectuer une procédure de sécurité "compliquée"… Aujourd'hui encore, une partie importante de ces bombes n'a pas explosé et des dizaines d'enfants et de paysans meurent chaque année en jouant près de chez eux ou en cultivant leurs terres.

 

Un trajet en bus local, avec nos vélos sur le toit, entre des sacs de riz et quelques poules, et nous atteignons la ville de Luang Prabang. Havre de paix et de culture, cette ville est située le long du Mékong et c'est exactement ce dont nous avons besoin pour recharger nos batteries après notre dernière semaine éprouvante. Luang Prabang est aussi une ville carrefour pour les cyclos qui viennent de traverser la Chine et nous retrouvons plusieurs voyageurs croisés durant les derniers mois. Quel sentiment fabuleux que de rencontrer des têtes connues dans une ville pourtant inconnue. Le temps passe alors bien vite entre les stands de jus de fruits, ceux de crêpes et les boulangeries à la française que nous retrouvons avec gourmandise. Les journées se meublent de discussions, de retrouvailles, de petites balades, de souvenirs et de projets. Et voilà comment une semaine peut passer si vite…

 

Nous roulons deux nuits en bus pour atteindre le sud du Laos où le relief a disparu pour laisser place à cette gigantesque plaine du Mékong qui file au sud. Bonheur de retrouver une route plate, puis une simple piste en terre pour longer le grand fleuve à travers une vie villageoise tranquille et colorée. Les constructions sur pilotis permettent aux familles de se protéger du soleil en vivant sous leur maison; beaucoup de hamacs se balancent lentement, entre les pilotis, sous le poids d'une sieste méritée… On entend des "Sabadi" à la pelle, venant autant des enfants qui jouent que des parents qui les regardent jouer. Et à chaque fois que l'on parvient à déterminer d'où vient le salut, on a droit à un magnifique sourire (parfois on entend juste les gens nous appeler, sans savoir d'où la voix provient…).

Lorsque la piste descend soudainement vers le fleuve et qu'il n'y a ni variante, ni pont, il suffit d'attendre quelques minutes et une barque vient nous chercher pour nous faire traverser. C'est une sensation assez grisante que de voguer sur le Mékong avec nos vélos à la proue! On "roule" ainsi d'île en île dans la région des "4000 îles" qui fait frontière avec le Cambodge. Paisible est le mot qui colle le mieux aux paysages et aux villages que l'on traverse. Belles rizières asséchées, hauts cocotiers, pêcheurs jetant leurs filets, couchers de soleil flamboyants, ribambelles d'écoliers dans leur belle chemise blanche et toujours ces hamacs qui se balancent sereinement…

Apres quelques jours passés à un rythme bien local, on retrouve la route principale et le poste frontière avec le Cambodge. Les douaniers laotiens ont la fâcheuse habitude d'arnaquer officiellement les touristes qui sortent de leur pays en les faisant payer 2 dollars pour le tampon. Mais Delphine ne se laisse pas faire et après presque une heure de harcèlement poli, elle finit par obtenir gain de cause et nous sortons du Laos sans rien payer. Une goutte d'eau dans ce pays où la corruption est bien trop présente. A quelques dizaines de mètres de là, c'est le royaume du Cambodge qui nous attend.

L’actu en images

Journal de Morges
125 ans, 125 plants!
Il y avait du monde pour l'action "125 ans, 125 plants" du Journal ...
Journal de Morges
Fête de la Glace 2019
Le week-end dernier avait lieu la Fête de la Glace à la patinoire ...
Journal de Morges
Night Run 2019
Samedi 2 novembre, la Night Run a fait le plein de concurrent au ...
Edition de la semaine

le choix de la rédaction

Pour lire cet article en entier, vous devez vous connecter.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

On se bouge pour la planète
Porté quasiment disparu au début des années 2000, ...

Pour lire cet article en entier, vous devez vous connecter.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Région
L’Association régionale Cossonay-Aubonne-Morges invite ...

Pour lire cet article en entier, vous devez vous connecter.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Morges
Cela fait six ans que Cédric Wiesner vient trois jours ...
Web

le reste de l'actualité web

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Edition N° 43
ven 08.11.2019
Edition de la semaine
Dernière video JDM
  dernière vidéo
À la découverte de nos villages: Gollion
Chaque semaine, nous vous emmenons à la découverte d'un village du district de Morges. ...