Galeries Publicité Vidéos Abonnez-vous

Voyage

Aux portes de l’Asie

Sébastien Kramer 09.11.2013 10:40

Suite à notre agréable escapade en Grèce, nous retrouvons nos vélos à Skopje chez Bojana et Alex. Avec eux, on passe trois jours au calme dans cette ville dont le centre est en pleine mutation. Bientôt, trois immenses bâtiments de style néo-classique accueilleront musées et expositions dans un décor résolument "high-tech". A quelques pas de là, la place centrale ou trône une gigantesque statue d'Alexandre le Grand est du même acabit. Jeux de lumières, musiques enregistrées et fontaines attirent les objectifs des touristes. C'est pourtant dans les ruelles sinueuses du vieux quartier ottoman, à quelques centaines de mètres de la place centrale, que l'on passe nos meilleurs moments. Les marchands vendent tout un bric-à-brac à l'unité, les fruits et légumes exposés en pyramides impressionnantes sont les moins chers de la ville, les vendeurs de thés zigzaguent avec agilité dans la foule pour servir leurs nombreux clients. Ce sont là les prémices des bazars turcs qui nous font reprendre notre route avec un bel entrain.

La campagne macédonienne est le théâtre de très belles rencontres avec ses habitants. Un après-midi, on partage nos impressions autour d'un thé avec une famille dont le père nous a invités lorsqu'il nous a croisés au bord de la route. Atmosphère simple et sereine qui nous donne le sourire jusqu'à la fin de la journée. Le même soir, on goûte l'haivar (sorte de purée d'aubergines et de poivrons, un vrai délice) que Jordan et Vesna viennent de préparer sur le feu. Ce couple nous accueille dans leur maison de weekend où ils cultivent un superbe jardin contenant bien une trentaine de fruits et légumes différents. On en fait le tour le lendemain matin, tentant d'apprendre les noms des plantes en macédonien. Une rencontre haute en couleurs qui, malgré la barrière de la langue, nous a apporté des heures délicieuses.

En Bulgarie, notre premier arrêt nous mené à Rila où un monastère fabuleux a été érigé dans un cadre montagneux. Au milieu de celui-ci se trouve l'église de la nativité de la Vierge dont les murs extérieurs sont entièrement peints. Cette merveille nous rend bouche-bée à chaque fois que l'on s'assoit pour l'admirer. De l'autre côté de la montagne, on se balade autour des sept lacs de Rila qui, par chance, ont finalement gagné leur partie de cache-cache avec le brouillard. Eaux turquoises, prairies aux herbes jaunies, falaises d'un gris rendu brillant par l'humidité, ciel blanc: on profite de cette folle diversité de couleurs.

Une bonne centaine de kilomètres plus à l'Est, on est surpris par les richesses de Plovdiv, deuxième plus grande ville de Bulgarie. Le vieux centre est composé de superbes demeures du XIXe siècle et plusieurs d'entre elles peuvent être visitées. Les paves des ruelles sont en fait des dalles inégales qui rendent la tâche des cyclistes bien compliquée. Dans ces cas, mieux vaut pousser son vélo! La ville offre aussi de magnifiques vestiges romains dont le théâtre de 7000 places qui est encore utilisé de nos jours ou les restes d'un stade antique qui se fondent plutôt bien dans le sous-sol d'un centre commercial.

Après Plovdiv, on goûte aux premières journées fraîches. Le bonnet et les gants passent du fond des sacoches arrières au haut des sacoches avants. Le mois d'octobre débute seulement et on se demande comment ce sera en plein janvier... Lors de notre dernière nuit sur le territoire bulgare, on apprécie l'hospitalité de Bono et Mavruda, un vieux couple qui nous laisse planter la tente devant chez eux. On a de la peine à se comprendre, mais il est facile de déceler chez eux une complicité et un amour qui a su traverser les décennies.

Dans la dernière ville bulgare, c'est l'excitation générale à la sortie d'un giratoire. La raison? On vient d'apercevoir un premier panneau indiquant "Istanbul"! Quelques kilomètres plus loin, on passe la frontière turque avec un grand sourire et une certaine fierté. La température fraîche se fait soudainement oublier. La ville d'Edirne nous fait rencontrer une partie des richesses et de la culture turques. Mosquées sublimes, ruelles marchandes pleines de vie, thés brulants à toutes heures de la journée, baklavas et barbiers.

On rejoint ensuite les côtes de la mer de Marmara ou la haute saison est terminée. La route s'élargit et la circulation se densifie. A plus de 60 kilomètres d'Istanbul, on vit déjà nos premières frayeurs lorsque la voie d'arrêts d'urgence, très pratique pour nous, disparaît et ne nous laisse que très peu de place entre les gros camions et la rambarde. On hésite à prendre le bus, mais on finit par retourner titiller les carrosseries. Dans la banlieue gigantesque de la ville, à moitié perdus et éreintés, on rencontre Onur qui nous invite à passer la nuit chez lui malgré notre aspect peu frais. Ce jeune Turc est d'une gentillesse incroyable et il nous reçoit comme des rois sans rien connaître de nous. Est-il une sorte d'ange gardien? En tout cas, sa rencontre nous donne la force nécessaire pour retourner affronter le trafic d'Istanbul le lendemain. On suit notre instinct plutôt que les panneaux dont les noms ne sont pas inscrits sur notre carte de la Turquie. On retrouve enfin la mer qui n'est pas loin de se transformer en un détroit que l'on appelle Bosphore. Quelques coups de pédale et voilà que les minarets de la Mosquée Bleue et de Sainte-Sophie se détachent au-dessus de la brume. Après plus de 3500 kilomètres de route et trois mois de voyage, nous sommes arrives aux portes de l'Asie.

L’actu en images

Journal de Morges
125 ans, 125 plants!
Il y avait du monde pour l'action "125 ans, 125 plants" du Journal ...
Journal de Morges
Fête de la Glace 2019
Le week-end dernier avait lieu la Fête de la Glace à la patinoire ...
Journal de Morges
Night Run 2019
Samedi 2 novembre, la Night Run a fait le plein de concurrent au ...
Edition de la semaine

le choix de la rédaction

Pour lire cet article en entier, vous devez vous connecter.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

On se bouge pour la planète
Porté quasiment disparu au début des années 2000, ...

Pour lire cet article en entier, vous devez vous connecter.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Région
L’Association régionale Cossonay-Aubonne-Morges invite ...

Pour lire cet article en entier, vous devez vous connecter.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Morges
Cela fait six ans que Cédric Wiesner vient trois jours ...
Web

le reste de l'actualité web

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Edition N° 43
ven 08.11.2019
Edition de la semaine
Dernière video JDM
  dernière vidéo
À la découverte de nos villages: Gollion
Chaque semaine, nous vous emmenons à la découverte d'un village du district de Morges. ...