Galeries Publicité Vidéos Abonnez-vous

Retour

La dernière étape des voyageurs

Sébastien Kramer 20.06.2015 18:18

Il y a peu de fois dans ce voyage où nous retrouvons un pays dans lequel nous sommes déjà passés. En entrant une deuxième fois au Laos, il y a un côté apaisant à pouvoir baragouiner quelques mots, à avoir une idée des prix et à connaître certains des lieux. Dans une vie nomade où l'inconnu est maître, avoir des points de repère est une chose rare, presque autant enivrante que lorsqu'on se lance dans un voyage en quittant ses habitudes.

Dans le sud du pays, nous louons un scooter pour faire une boucle de quelques jours sur le plateau des Boloven, région tant vantée par d'autres voyageurs. Avec cette liberté inhérente aux deux roues, nous découvrons des plantations de café où toutes les étapes de production sont faites à la main. Nous ne participons qu'à la dernière, la dégustation... Plusieurs cascades impressionnantes, rugissant dans leur écrin de végétation luxuriante, jalonnent notre parcours et nous offrent des points de vue fascinants. Nous aimons aussi traverser ces petits villages où la vie rurale s'écoule paisiblement, entre une sieste dans un hamac et un jus de canne à sucre. Cette vision bucolique de la campagne n'est pourtant que celle d'un touriste de passage, car le Laos est un pays très pauvre où les besoins de base ne sont pas tout le temps assurés. Ce qui n'empêche pas les petits enfants d'être les plus adorables que nous ayons rencontrés. Comment résister à ce petit de 5 ans portant sur son dos son petit frère et tous ces autres qui affichent un sourire irradiant en nous lançant des "Sabaidi sabaidi!" à longueur de journée.

Pour rejoindre le nord du pays, les trajets en bus sont longs et il faut toujours laisser une petite place à l'imprévu. En chemin, on fait une halte dans l'impressionnante grotte de Kong Lor, qui n'est rien d'autre qu'une rivière s'écoulant sous une montagne sur plus de 7km. On navigue sur des petites barques à la lueur des lampes frontales, avec quelques vues saisissantes sur des hauts plafonds recouverts de stalactites créés par l'érosion et le temps.

A Vientiane, la capitale, nous flânons avec d'autres voyageurs et les heures s'écoulent joyeusement entre cafés, balades, découvertes et discussions. Plus au nord, nous retrouvons Luang Prabang qui nous avait tant séduits il y a  quelques mois. La ville n'a évidemment pas bougé, mais la pluie qui nous accompagne rend notre séjour un peu moins mémorable. Ce qui est mémorable, par contre, ce sont les 24h de trajet dans un bus chinois pour quitter l'Asie du sud-est! Entourés de Chinois qui parlent fort, qui se raclent la gorge, on se sent dans l'Empire du Milieu avant de passer la frontière...

Retrouver la Chine c'est aussi être loin des circuits touristiques traditionnels du sud-est asiatiques. plus de chauffeur de tuk-tuk, plus de "banana pancake" et presque plus personne qui parle anglais... Il faut réapprendre à voyager en se débrouillant par soi-même et ça fait du bien! Avant de rejoindre Beijing, nous découvrons deux sites naturels des plus fantastiques. Les rizières en terrasses du sud du Yunnan nous subjuguent à toute heure du jour. C'est la saison où les rizières sont inondées et le jeu des reflets du soleil est quelque chose de fascinant, d'envoûtant. On a l'impression que le paysage bouge, se transforme, que les bassins s'illuminent les uns après les autres, puis se parent d'ombre comme pour disparaître. Une nouvelle vision d'exception dans ce voyage.

A une nuit de train de là, la région de Guilin est connues pour ses pics karstiques qui s'élèvent un peu partout et semblent sortir miraculeusement de la Terre. Nous visitons la région lors de la fête des morts, jour férié en Chine et qui rime donc avec une "invasion" des touristes du pays et un doublement des prix. Avec en plus une météo fraîche et nuageuse, le charme naturel des lieux est quelque peu... différent. Par contre, c'est bien intéressant d'observer cette masse de visiteurs déambuler dans les rues de Yangshuo, ville dont le centre historique est totalement dédié au tourisme. On dirait que ce qui compte est seulement ce qui est vu à travers un appareil photo ou un smartphone. Le must étant bien sûr de se "selfier" avec un de ces petites perches qui se vendent à chaque coin de rue. Autant de manière de découvrir que de touristes.

Encore 24 heures de train et nous atteignons la capitale chinoise, Beijing. Notre arrivée en fin de soirée nous surprend puisque le centre est désert et que certaines rues sont même bloquées par des barrières mobiles. Ils sont où ces millions de Pékinois et ce milliard de Chinois? On a bien vite la réponse, de jour, aux abords de la place Tian'anmen et dans la Cité Interdite. C'est impressionnant de voir tous ces groupes aux casquettes de couleurs différentes défiler tels des bataillons un peu désorganisés. Ils occupent l'espace, se pressent aux entrées des palais et mitraillent avec leurs appareils photos. Ils n'hésitent pas à se lever à 4 heures du matin pour assister au lever du drapeau, en compagnie d'autres milliers de Chinois et d'un Occidental un peu perdu, moi. Juste trop.

De Beijing, nous gardons aussi un souvenir plus humain de ces vieux quartiers appelés hutongs d'où une vie de village s'émane. Petits restos et artisans côtoient les vieux joueurs de mah-jong et les vélos sont encore presque aussi nombreux que les voitures. Les raviolis cuits à la vapeur sont toujours frais et les grands-mères remettent a l'ordre les gamins qui en font un peu trop. Ces quartiers plein de charme sont encore nombreux, mais de plus en plus détruits pour être reconstruits en "faux-vrai" et "nouveau-vieux", les grandes spécialités de la Chine.

Et puis vient le jour où, de notre point le plus à l'est du voyage, nous entamons notre retour vers l'Ouest. L'émotion est grande au moment de descendre sur le quai et d'apercevoir pour la première fois le Transmongolien. La magie opère vite lorsque nous lisons la pancarte sur le train qui indique en cyrillique "Pékin - Oulan-Bator - Moscou". Nous entons dans ce train mythique avec le coeur qui bat vite, les sens en alerte et cette ivresse qui précède les grands départs. Les compartiments à quatre sont délicieusement vieux avec une moquette agréable à fouler et les wagons sont chauffés au feu! On se sent bien dans cet environnement où le temps et l'espace défilent sans se presser et où seuls les arrêts prolongés aux passages de frontière (Chine-Mongolie, puis Mongolie-Russie) nous situent dans l'immensité de l'Asie. Le troisième jour, les eaux encore gelées du lac Baïkal apparaissent à nos yeux. Nous descendons alors a Irkutsk pour aller voir de plus près le lac le plus profond du monde et respirer l'air pur de Sibérie. L'île d'Olkhon nous émerveille par ses vastes prairies arides balayées par un vent glacial, par ses vues sur cette étendue de glace qui semble sans fin et par ses petits villages construits en bois où la vie est aussi rude que le climat qui y règne.

Avec les jambes dégourdies, nous remontons dans le train, cette fois dans un platskarny, un wagon ou 54 lits sont disposés sans véritable cloison. L'espace est propice aux rencontres avec les Russes et donc à quelques tournées de vodka accompagnées de poisson séché, de saucisse et de concombre. Les heures passent à coups de parties d'échec, de jeux de cartes, de lecture, de siestes et de brèves sorties sur les quais lorsque le train s'arrête plus longtemps. Bien vite, on perd la notion du temps, aidés par les changements de fuseaux horaires et on laisse le train nous emmener vers Moscou. Il y arrive à l'aube du quatrième jour de trajet, pile a l'heure, et un mot semble s'imposer, même pas si ironique que ça... Déjà.

Nous ne restons que peu dans la capitale russe, mais juste assez pour avoir envie de revenir. La Place Rouge est envoûtante, le Kremlin impressionne, les musées d'arts sont riches et l'offre culturelle est énorme. Une nouvelle nuit en train nous permet de rejoindre Riga et d'être de retour en Europe, plus d'une année et demi après l'avoir quittée. Même en faisant le voyage en train, tout a été très vite et nous voilà soudain sous la pluie lettone en train d'acheter des croissants avec des euros, entourés par des gens qui nous ressemblent.

Mais le voyage ne se termine pas là. Au contraire, il prend un nouveau virage puisque nous retrouvons avec grand plaisir nos deux vélos qui ont bien supporté le trajet par poste depuis Bangkok et qui ont été accueillis par un adorable couple dewarmshowers, Liene et Vitaljis. Grâce à leur précieuse aide, nous sommes prêts à remonter sur selle pour rouler en direction de notre dernier objectif: la Suisse.

L’actu en images

Journal de Morges
125 ans, 125 plants!
Il y avait du monde pour l'action "125 ans, 125 plants" du Journal ...
Journal de Morges
Fête de la Glace 2019
Le week-end dernier avait lieu la Fête de la Glace à la patinoire ...
Journal de Morges
Night Run 2019
Samedi 2 novembre, la Night Run a fait le plein de concurrent au ...
Edition de la semaine

le choix de la rédaction

Pour lire cet article en entier, vous devez vous connecter.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

On se bouge pour la planète
Porté quasiment disparu au début des années 2000, ...

Pour lire cet article en entier, vous devez vous connecter.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Région
L’Association régionale Cossonay-Aubonne-Morges invite ...

Pour lire cet article en entier, vous devez vous connecter.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Morges
Cela fait six ans que Cédric Wiesner vient trois jours ...
Web

le reste de l'actualité web

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Edition N° 43
ven 08.11.2019
Edition de la semaine
Dernière video JDM
  dernière vidéo
À la découverte de nos villages: Gollion
Chaque semaine, nous vous emmenons à la découverte d'un village du district de Morges. ...