Galeries Vidéos Abonnez-vous

2e inter

Le missionnaire du Forward

Cédric Jotterand 12.10.2018 12:03

Intronisé à la barre du club morgien avec peu de crédit, Damien Berger-Sabbatel réalise un parcours sans faute. Avec un projet bien établi.

Coach du Forward depuis mai 2017, Damien Berger-Sabbatel est-il l’homme providentiel du Forward? L’architecte de Lonay n’en finit plus d’empiler les succès avec un club dont il souhaite redorer le blason, comme s’il était en mission. Il s’en explique alors que son équipe sera l’invitée surprise du choc au sommet de 2e ligue inter, samedi à 16h, contre Veyrier au Parc des Sports.

-  Peut-on dire que votre présence sur le banc morgien tient à une défaite contre Pied du Jura?

- Oui, car tout se passait bien dans mon rôle d’assistant de Vagner Gomes avant une claque subie au terrain des Planches. «Vagui» a pris cela à la rigolade, ce qui n’est pas possible dans ce derby important pour les deux clubs et le président a estimé qu’il fallait intervenir en me confiant les dernières rencontres alors que j’aurais aussi pu «sauter» ce jour-là.

-  Avec quel bilan!

- On peut le dire en effet et je suis naturellement heureux de la situation. Compte tenu de mon «palmarès», je me souviens du premier match où j’espérais surtout que les joueurs allaient sortir du vestiaire vu le climat de tension dans le club. Aujourd’hui, ces craintes sont loin derrière et nous pouvons être fiers du chemin parcouru.

-  Après des saisons mouvementées, peut-on enfin croire que Forward construit pour durer?

- Au niveau des résultats, je pense qu’on ne peut plus nous faire la leçon. Par contre, nous avons un chantier énorme en termes de formation, d’infrastructures et bien sûr d’image. Je suis désormais vice-président et je peux vous assurer que l’ambition est là. Il reste de vieilles histoires de clocher qui datent d’une époque où je n’étais pas rouge et blanc. J’essaie ainsi de renouer le dialogue avec les clubs environnants, car si les derbys doivent mettre du piment, nous devons être ouverts à des collaborations avec nos voisins. J’ai par exemple des contacts réguliers avec Patrick Müller, le coach de Pied du Jura et celui d’Echichens.

-  Cette volonté d’être le «bon élève» va faire sourire et vous le savez!

- Je ne vais pas gommer l’image de Forward en une saison, mais je plaide la bonne foi. Je comprends que ceux qui ont suivi nos péripéties des années Ohrel, Chapuisat et autres puissent nourrir des doutes, mais c’est à nous de convaincre la nouvelle génération qu’il y a ici un vrai projet et que les erreurs du passé sont... celles du passé.

-  Mais si beaucoup de gens saluent votre parcours, Forward reste une équipe de mercenaires, non?

- Cette remarque devenait pesante en 2e ligue, alors que nous sommes juste une formation normale un cran plus haut. Sortez-moi l’effectif de Vevey, Monthey et les autres et vous ne trouverez presque aucun junior du cru. Nous commençons à avoir les premiers à l’entraînement, mais il faut être patient. Après avoir quitté Foot Région Morges, il n’y avait presque plus d’équipes et on prédisait même la fin du club. Aujourd’hui, nous avons 260 juniors avec à leur tête un entraîneur qui a le plus haut diplôme. C’est déjà un début.

À lire également: Il vient à la rescousse de Saint-Prex

-  Mais?

- On bosse dur mais on ne maîtrise pas tout, comme les infrastructures qui sont «moyennes» ou le soutien du public encore mesuré. Quand je vois qu’à Morges, le Star Forward ne fait pas le plein en accueillant le leader de LNA – Bienne – en Coupe, je me dis que le travail qui nous attend reste énorme.  

-  Votre discours est convaincant, mais pourquoi y croire, cette fois?

- Parce que vous avez ma parole et tout de même mon bilan des quinze derniers mois. Il y a la «première» bien sûr, mais nos juniors ont des résultats, nous avons créé une section féminine et savons que le club n’est pas un jouet. Avec Sébastien Boillat, nous ne voulons pas finir comme Baulmes ou Le Mont mais doter Forward de structures capables d’assurer sa pérennité, quels que soient ses dirigeants. On sait que ce sera long, mais nous avons un projet solide qui doit nous emmener, sans brûler les étapes, en première ligue. 

L’actu en images

Journal de Morges
La Batelière de Buchillon 2018
La Bâtelière de Buchillon a réuni dix chorales à l'occasion de sa ...
Journal de Morges
Bourg en fête, La Sarraz 2018
La fête inaugurale qui a marqué la fin d'importants travaux de ...
Journal de Morges
Nuit des Épouvantails 2018
Le samedi 29 septembre avait lieu la 12e Nuit des Épouvantails.
Edition de la semaine

le choix de la rédaction

Etoy
Le Centre des Jeunes d'Etoy a reçu un prix pour son ...
Apples
Jeanne Grünenwald a célébré son siècle d’existence.
Web

le reste de l'actualité web

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Edition N° 39
ven 12.10.2018
Edition de la semaine
Dernière video JDM
  dernière vidéo
MyRun4Help, une course à vivre
La course à pied pour soutenir les familles de Yanis et Marilou s’est à nouveau conclue sur un ...