Galeries Publicité Vidéos Abonnez-vous

Découverte

Les plus belles pour aller au pré

Sarah Rempe / Photo: Sébastien Bovy 26.05.2016 17:30

Jeudi matin, 9h, c’est le branle-bas de combat dans la ferme de Stéphane Bolay à Pampigny. L’ongleur vient d’arriver et les vaches l’ont senti. «Quand j’arrive, elles fichent le camp, rigole le principal concerné. Elles me reconnaissent et préféreraient m’éviter si elles avaient le choix.» Andreas Bart pratique sa profession d’ongleur depuis 22 ans et il a presque tout vu. «Un jour, il y a quelques années, une de mes vaches a carrément sauté par-dessus la barrière pour ne pas entrer dans la remorque», se souvient Stéphane Bolay.

Mais alors, quelles atrocités attendent ces bêtes pour qu’elles craignent autant qu’on s’occupe d’elles? «Je ne leur fais absolument pas de mal, elles ne sentent aucune douleur. Elles savent que c’est pour leur bien.» Andreas Bart parcourt la Suisse romande huit mois par année afin de s’occuper des sabots de plus de 5 000 vaches. Un soin essentiel pour chacun des bovidés.

Risques majeurs

Car si le soin des pattes de ces animaux peut paraître insignifiant de prime abord, il est en fait extrêmement important. «Une vache qui a les onglons en mauvais état boite, ce qui, à la longue, peut avoir des influences sur son squelette, explique Andreas Bart. De plus, cela a une répercussion sur la quantité et la qualité du lait qu’elle produit. Sans compter que s’il y a une infection, il peut y avoir des problèmes bien plus graves…» Le rôle de l’ongleur est donc de prévenir ces risques majeurs pour la santé de l’animal.

Une fois Andreas Bart installé, les soins peuvent commencer, enfin pas tout à fait. «Elles ne sont pas pressées, note Stéphane Bolay. Il nous faut parfois plus de temps pour les faire entrer dans la remorque que pour les soins.» L’important étant de ne jamais perdre son calme. «Elles ne sont déjà pas très rassurées. Si on s’énerve elles vont se braquer, et avec nos 80 kilos tous mouillés, on ne fait pas le poids quand elles décident qu’elles n’ont pas envie.»

Retrouvez l'intégralité de cet article dans notre édition du 27 mai 2016.

L’actu en images

Journal de Morges
Marché de Noël 2019
La troisième édition du Marché de Noël au Château a démarré mercredi.
Journal de Morges
La Birolande 2019
La troupe de théâtre de Bière La Birolande a présenté son ...
Journal de Morges
La Voile 2019
La création musicale pour choeurs, orchestre de chambre et ...
Edition de la semaine

le choix de la rédaction

Etoy
Le Conseil communal a décidé de créer un fonds pour ...

Pour lire cet article en entier, vous devez vous connecter.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Centre aquatique
Un nouveau rebondissement risque de bouleverser l'avenir ...
canton
Le Conseil d'Etat a décidé de bloquer toutes les ...
Web

le reste de l'actualité web

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Edition N° 48
ven 13.12.2019
Edition de la semaine
Dernière video JDM
  dernière vidéo
À la découverte de nos villages: Lussy-sur-Morges
Chaque semaine, nous vous emmenons à la découverte d'un village du district de Morges. ...