Galeries Publicité Vidéos Abonnez-vous

ARMEE

Les recrues ne rentreront pas chez elles de sitôt

Boris Busslinger / Le Temps 25.03.2020 15:43
Les recrues actuellement en service sont mobilisées de manière indéterminée. O. Vogelsang

Plus de week-end ni de sortie jusqu’à nouvel ordre. C’est le régime strict imposé à toutes les écoles de recrues du pays depuis la semaine dernière. Pour éviter que les conscrits ne ramènent le virus en caserne le dimanche – ou qu’ils ne le transmettent à leurs proches en rentrant chez eux –, environ 7000 jeunes hommes (et quelques femmes) sont désormais militaires à plein temps. Une situation complexe, dont certaines familles témoignent n’être que peu informées.

Dans la salle de sport d’un gymnase romand (dont la localisation doit rester secrète pour protéger nos sources), une section militaire entière tente de passer le temps. «Les instructions sont désormais surtout théoriques», explique Samuel, en quarantaine sur place. Il y a quelques jours, son lieutenant a été testé positif au coronavirus, entraînant le confinement de tous ses subalternes, soit 30 personnes. Au lieu de rentrer chez elles samedi dernier, ces recrues ont installé leur matelas au sol, à bonne distance les unes des autres, prêtes à passer les deux prochaines semaines coupées du monde. Une fois cette période écoulée, elles devraient toutefois continuer d’enfiler leur tenue de combat chaque matin, samedi-dimanche compris.

Lire aussi: un centre de diagnostic provisoire

Garder les troupes motivées

Car confinées ou non, toutes les recrues sont circonscrites au périmètre des casernes depuis la semaine dernière. Pour deux raisons, explique Daniel Reist, porte-parole de l'armée: «Tout d’abord pour éviter davantage de contagions. Ensuite car elles ne sont pas non plus prêtes à l’engagement. Tant qu’elles n’ont pas complété leurs quatre mois et demi d’école de recrues, nous ne pouvons pas les mobiliser sur le terrain avec leur arme.»

Renforcer le corps des gardes-frontières ou celui affilié à la protection des ambassades est donc hors de question. Des aides d’ordre civil sont toutefois envisagées: «Cette semaine, ils reçoivent un cours de soins de base pour pouvoir par exemple assister dans les EMS, détaille Daniel Reist. Ils pourraient être engagés prochainement pour ce genre de choses, ce qui les garde motivés pour le moment.» Car le temps pourrait devenir long.

Le respect des consignes

Commencées en janvier, les écoles de recrues actuellement en cours doivent en effet se terminer mi-mai. Une période qui pourrait s’avérer interminable sans temps mort civil ni engagement particulier. D’autant qu’elle pourrait être prolongée, ainsi que l’a annoncé il y a quelques jours la cheffe des troupes, Viola Amherd. Dans l’attente, il n’est en outre pas évident de faire respecter les consignes de sécurité de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) à l’intérieur des casernes. «Les recrues mangent et se douchent par petits groupes et nous ne les faisons plus dormir dans les dortoirs souterrains (bunkers), dit Daniel Reist. Mais ce n’est pas facile, les jeunes ont l’habitude du contact physique et ils sont beaucoup.»

Malgré les risques élevés de contagion entre recrues, le chef d’état-major du commandement des opérations, le brigadier Raynald Droz, a cependant exclu toute interruption des instructions en cours. «Les cadres de demain sont dans ces écoles de recrues, a expliqué ce lundi le militaire. Si nous interrompons leur formation, ils ne seront pas là pour les challenges à venir.»

Les familles dans l’expectative

En accord ou non avec cette décision, les parents de plusieurs recrues fustigent surtout la communication lacunaire – voire inexistante – de l’armée sur le sujet. «J’étais déjà surprise quand mon fils est rentré le week-end du 14-15 mars, témoigne la mère d’une recrue en cours de formation. Ils n’avaient pas encore de cas dans leur caserne. Cela m’a paru étrange qu’ils reviennent vu le risque de contagion dans le civil.» C’est la dernière fois qu’elle a vu son fils.

Quand se reverront-ils? «On ne sait pas, dit-elle. C’est notre enfant qui nous tient au courant de l’évolution de la situation. J’essaie de m’informer sur le site de l’armée, mais il n’y a pas grand-chose. Notre fils avait reçu l’instruction de faire ses bagages pour trois semaines mi-mars, c’est tout ce que nous savons. Pour le reste, on attend de voir. L’armée ne communique pas avec nous.» Pour le moment, les écoles de recrues prévues cet été sont maintenues.

L’actu en images

Journal de Morges
Concerts annuels de la fanfare de Saint-Livres
Les concerts annuels de la fanfare de Saint-Livres avaient lieu ...
Journal de Morges
Soirée du chœur mixte La Récréation
La soirée annuelle du chœur mixte La Récréation avait lieu samedi ...
Journal de Morges
50e édition du Trophée du Marchairuz
Pour sa 50e édition, le Trophée du Marchairuz organisé dimanche ...
Edition de la semaine

le choix de la rédaction

Pour lire cet article en entier, vous devez vous connecter.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

District
Si elle peut paraître au ralenti avec la fermetures des ...
Coronavirus
À la Pharmacie Charpié, on fabrique du gel ...

Pour lire cet article en entier, vous devez vous connecter.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Bière
Les 800 militaires stationnés au Pied du Jura font le ...
Web

le reste de l'actualité web

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Edition N° 14
jeu 09.04.2020
Edition de la semaine
Dernière video JDM
  dernière vidéo
Restez chez vous!
Le Journal de Morges a donné la parole aux jeunes de la région pour qu'ils fassent passer un ...