Galeries Publicité Vidéos Abonnez-vous

Apples

Un enrichissement de tous les jours

Xavier Perdrizat 13.10.2016 17:22
Dans nos médias, il est difficile de manquer le thème de la migration. Presque tous les jours, des images de désolation nous parviennent, montrant des hommes et des femmes qui quittent tout pour échapper aux ravages de la guerre. De nombreux appels à la solidarité ont ainsi été lancés pour permettre d’accueillir un maximum de réfugiés en Suisse. Durant plusieurs semaines, cette solidarité a même débordé les organisations s’occupant de l’accueil des réfugiés, qui croulaient sous les offres de familles intéressées à recevoir un réfugié à la maison.
Pierre-André Jacquet et sa femme Susan font partie de ces familles. Habitants dans une villa à Apples et possédant un grand espace libre suite au départ de leurs enfants, ils ont commencé par loger des étudiants de l’EPFL. Mais une dernière mauvaise expérience les a encouragés à recevoir des réfugiés. Et c’est ainsi qu’après une procédure auprès de l’Etablissement vaudois d’accueil des migrants (EVAM), ils ont pu rencontrer deux potentiels candidats, Alinaqi et Mohammad Asif, qui finiront tous deux par venir s’installer du côté d’Apples, quittant avec joie les irrespirables abris PCi. Pour Pierre-André Jacquet, il était impératif d’en accueillir deux: «Avec le relatif isolement de notre maison, je ne voulais pas qu’on ait un seul réfugié à la maison car il se serait senti seul. Donc dès le début, nous avons signifié à l’EVAM que nous en voulions deux.»
Discriminés chez eux
Les deux réfugiés, Alinaqi et Asif, qui ont respectivement 22 et 32 ans, sont tous deux Afghans. Tout comme la large majorité des citoyens de leur pays qui demandent l’asile, ils sont membres de l’ethnie Hazara, une communauté discriminée par les Talibans, qui la considèrent comme une population de sous-homme. Cibles prioritaires des Talibans par leur appartenance à Hazara, Alinaqi et Asif ont fini par quitter leur pays. Un mois entier de voyage à travers l’Iran, la Turquie, la Grèce, la Macédoine, la Croatie, la Slovénie, l’Autriche, l’Allemagne puis la Suisse leur a finalement permis de trouver un refuge.
S’ils ont pu découvrir la Suisse, ils n’ont pas manqué non plus de faire partager leur culture à Susan et Pierre-André. «Asif était cuisinier dans son pays et il fait souvent à manger à la maison. Il voudrait d’ailleurs que l’on mange tout le temps ensemble car en Afghanistan, les repas sont de vrais moments de partage entre les amis et la famille. Ils ont tous deux été très surpris que les Suisses puissent manger seuls.»
Au quotidien, les Afghans ont amené de la vie et rares sont les jours où l’on ne rigole pas, que ce soit pour des chocs culturels amusants ou des problèmes de communication qui créent des situations cocasses. C’est un enrichissement de tous les jours qui n’en demeure pas moins suspendu à une décision juridique. Les deux réfugiés n’ont en effet toujours pas obtenu l’asile et doivent encore passer un second entretien à Berne qui décidera de leur sort. 6h de questions réparties sur une journée pour décider de son destin, l’exercice a de quoi inquiéter: «C’est très stressant pour nous et on ne connaît pas vraiment les questions qu’on nous posera. Cela durera surtout très longtemps», explique Alinaqi.

Bien intégrés
Pour Pierre-André Jacquet, c’est aussi une situation très difficile. «On vit toute la semaine avec eux, on vit une expérience formidable mais il est possible qu’ils ne puissent pas rester. C’est devenu très dur d’imaginer les voir partir tant ils font désormais partie de la famille.» Il faudra donc attendre les prochains mois et cette fameuse journée de questions à Berne pour savoir si cette aventure atypique et enrichissante pourra continuer.

L’actu en images

Journal de Morges
Coupe des glaces 2020
Le samedi 11 janvier, de nombreux "givrés" se sont jeté au lac ...
Journal de Morges
Noël de l'UCAB 2019
L'UCAB a organisé son traditionnel Noël le 14 décembre 2019.
Journal de Morges
Marché de Noël 2019
La troisième édition du Marché de Noël au Château a démarré mercredi.
Edition de la semaine

le choix de la rédaction

Pour lire cet article en entier, vous devez vous connecter.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

BMX
À 18 ans, la pilote de Villars-sous-Yens a mis son ...

Pour lire cet article en entier, vous devez vous connecter.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

joj
De nombreux écoliers de tout le Canton ont pu profiter ...

Pour lire cet article en entier, vous devez vous connecter.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

région
Sur les 25 médecins de la ville recensés et contactés, ...
Web

le reste de l'actualité web

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Edition N° 02
ven 17.01.2020
Edition de la semaine
Dernière video JDM
  dernière vidéo
À la découverte de nos villages: Chavannes-le-Veyron
Chaque semaine, nous vous emmenons à la découverte d'un village du district de Morges. ...