Galeries Publicité Vidéos Abonnez-vous

Tradition

Une coutume qui fait grand bruit

Sarah Rempe 09.01.2019 15:45

On ne peut généralement pas les rater. Dès les derniers jours de décembre, les battements résonnent loin à la ronde, se répondant parfois d’un village à un autre. Eux, ce sont les tambourineurs des jeunesses qui, lors de chaque Nouvel An, parcourent les rues de leur commune afin d’annoncer la nouvelle année arrivant. Difficile à dater, cette pratique remonte à bien longtemps selon Didier Laurent, ancien président des tambours morgiens et actif avec «les anciens» d’Etoy: «On ne sait pas exactement quand cela a commencé, mais il y a plus de cent ans en tout cas, explique-t-il. Selon les dires des anciens, on tapait à l’origine pour chasser les mauvais esprits. Puis au fil du temps, c’est devenu plus simplement l’annonce de la nouvelle année aux habitants du village.» 

Tradition locale

Une «mission» qui revient donc aux jeunesses, plusieurs jours durant. Cependant, cette tradition n’est pas répandue à travers tout le canton. «C’est vraiment une coutume au pied du Jura, constate Yves Schopfer, co-président du Concours de tambours 2018. Il y a aussi quelques sociétés qui tapent dans le Nord vaudois, mais la majorité des pratiquants se trouvent dans la région qui longe le Jura, depuis Croy jusqu’au bout du canton direction Genève.» Et une fois, la nouvelle année entamée, tous les percussionnistes se retrouvent pour le traditionnel Concours de tambours, quelques jours seulement après avoir «nocé» durant la St-Sylvestre. 

 

"Dans certains villages, un Nouvel An sans tambours est absolument inimaginable,
c’est dans les gênes."

Didier Laurent,Ancien de la jeunesse d’Etoy


Créé en 1980 à Croy, cet événement à part dans la vie des jeunesses est toujours très attendu. «C’est à chaque fois une belle fête, et toutes les sociétés se préparent minutieusement pour y participer», assure Roan Fiechter, co-président du concours 2018.

Prochaine édition

Et autant dire que cette manifestation ne cesse d’attirer les foules. En 2000 à Saubraz, 23 sociétés s’étaient inscrites, ce qui représentait 400 percussionnistes. «Cette année, on compte pratiquement 60 jeunesses pour près de 1000 musiciens, note Yves Schopfer. C’est clair que la popularité du concours continue à croître.»

À lire aussi: Les tambours seront attendus de pied ferme.

En 2018, c’est donc la société de Reverolle-Chaniaz qui recevra les batteurs du pied du Jura durant quatre jours, du 10 au 13 janvier. «Lorsqu’on a relancé la jeunesse il y a 7 ans, on a commencé presque tout de suite à taper les tambours, se souvient Roan Fiechter. C’était donc évident d’organiser le concours.» 

Les 14 membres, épaulés par 14 amis, famille et anciens se sont donc lancés dans cette belle aventure à la thématique toute trouvée de la neige. «Tout est prêt! Il ne manque plus que les visiteurs, relève Yves Schopfer. Et quelques bénévoles...» Avis aux amateurs donc, pour faire perdurer la tradition. 

 

L’actu en images

Journal de Morges
Coupe des Glaces 2019
Le 12 janvier, de nombreux "givrés" se sont jetés à l'eau!
Journal de Morges
Ecole de danse de la Côte, spectacle 2019
L'Ecole de danse de la Côte a organisé son spectacle annuel.
Journal de Morges
Loto des Mouettes 2019
Les Mouettes ont organisé leur traditionnel loto.
Edition de la semaine

le choix de la rédaction

Ballens
Le syndic Christian Croisier rappelle les enjeux ...
Morges
Les Caf'Conc' auront lieu en 2019.
Concours tambours
À l'issue du Concours de tambours 2019 qui s'est déroulé ...
Web

le reste de l'actualité web

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Article reservé aux abonnés.

Pour en savoir plus,
cliquez sur le titre.

Edition N° 02
ven 18.01.2019
Edition de la semaine
Dernière video JDM
  dernière vidéo
Les étudiants en grève!
Les étudiants manifestaient pour le climat en ce vendredi. Nous avons suivi la grève, pour ...